Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Communiqués du SNUipp-FSU > L’école primaire : une priorité toujours à investir
Par : SNU62
Publié : 17 février 2016

Communiqué SNUipp-FSU 62

L’école primaire : une priorité toujours à investir

Arras, le 7 février 2016

89 créations de postes sont prévues pour la rentrée prochaine et c’est tant mieux pour les quelques écoles qui vont en bénéficier. Pour autant, le compte n’y est toujours pas. Dans le Pas-de-Calais, nous constatons des moyens nettement insuffisants au regard des réels besoins des écoles du département :

  • les élèves de moins de 3 ans ne sont toujours pas comptabilisés partout (mais seulement en éducation prioritaire),
  • les RASED sont loin d’être complètement rétablis,
  • aucune création de poste d’enseignant référent à la rentrée prochaine alors que les dossiers s’accroissent et que la scolarisation des élèves en situation de handicap est en augmentation
  • quasiment aucun moyen pour le remplacement,
  • quasiment aucun moyen pour la formation,
  • les directions de petites écoles sont particulièrement mises à mal (pas d’aide administrative, peu ou pas de décharge…),
  • la ruralité n’est pas prise en compte comme il se doit,
  • le dispositif « plus de maîtres que de classes » reste limité à l’éducation prioritaire (excluant ainsi de nombreuses écoles),
  • et au final plus de fermetures que d’ouvertures : 76 fermetures et 50 ouvertures
    La maternelle (46 fermetures sur 76) et le littoral sont particulièrement touchés (la moitié des fermetures du département !)

Par ailleurs, nous tenons à souligner les difficultés rencontrées chaque année par les écoles qui doivent indiquer des prévisions d’effectifs alors même que les inscriptions des élèves ne sont pas terminées (chiffres de décembre bien souvent).
D’autant que ces difficultés, combinées à un manque de moyens (en postes) conduisent à une gestion à flux tendu et à des situations particulièrement insupportables pour les enseignants et dans les écoles : certaines écoles devront attendre jusqu’au jour de la rentrée pour connaître leur sort.

Pour traduire une véritable priorité au primaire, nous demandons un budget qui permette de réduire significativement la taille des classes, de ré abonder les postes de RASED et de remplaçants, ou même de tenir les engagements de la loi pour le « plus de maîtres que de classes » ou la scolarisation des moins de 3 ans. Nous demandons également des moyens pour reconstruire la formation continue des enseignants actuellement en friche. Il s’agit de mesures déterminantes pour la réussite de tous les élèves. En tout état de cause, pour le SNUipp-FSU, on est bien loin du compte !

Lire aussi :