Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Commissions : interventions, déclarations et compte-rendus du (...) > CTSD - CDEN > Postes bloqués : pour débuter dans le métier ou pour muter, ce n’est pas la (...)
Par : SNU62
Publié : 12 mars 2017

COMPTE-RENDU

Postes bloqués : pour débuter dans le métier ou pour muter, ce n’est pas la panacée !

mars 2017




Le SNUipp-FSU 62 a participé à un groupe de travail concernant les postes bloqués ce jeudi 9 mars 2017. Compte-rendu et listes des postes bloqués par bassin

 Compte-rendu

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé son opposition à la mise en place de postes bloqués.

Pour le syndicat, ce n’est pas une bonne solution :

  • pour les stagiaires
  • pour les équipes
  • pour les collègues qui participent obligatoirement ou volontairement au mouvement

Le SNUipp-FSU 62 dénonce donc cette pratique :

  • parce qu’elle ne permet pas une entrée progressive dans le métier pour les collègues stagiaires
  • parce qu’elle a une incidence sur l‘organisation des écoles (notamment pour les réunions d’équipe)
  • parce qu’elle bloque le mouvement et empêche les collègues d’obtenir des postes pourtant vacants

Certes, loin de nous l’idée d’éloigner les stagiaires des écoles, bien au contraire ! La présence des stagiaires est une richesse pour chacun-e.

Ce que le syndicat dénonce, ce sont :

les conditions dans lesquelles les stagiaires entrent dans le métier avec toute la surcharge de travail et le stress lié à un fonctionnement complètement infernal de l’alternance formation/pratique. Car pour le moment la réalité de la vie d’un-e stagiaire n’est pas vraiment idéale : une année très difficile avec une charge de travail énorme, des pressions à la limite du supportable, des attentes et des besoins loin d’être satisfaits, des incohérences parfois dans la formation et bien peu de reconnaissance...

De plus, de nombreux stagiaires se retrouveront encore, cette année, en REP et en REP +, ce qui est regrettable, car pour le SNUipp-FSU, si la formation à l’éducation prioritaire est indispensable, elle devrait se faire davantage en proposant des modules de formation spécifique plutôt qu’un « parachutage forcé » dans une école de l’éducation prioritaire.

A quand la bienveillance pour les stagiaires ?

Les conditions dans lesquelles les équipes doivent accueillir les stagiaires : cela se fait bien souvent sans concertation avec les équipes, alors que le fonctionnement des écoles est déjà devenu très contraignant avec les rythmes et que les équipes croulent sous la charge de travail.

Le SNUipp-FSU rappelle ici qu’on confie bien souvent cette mission d’accompagnement déguisée alors que les enseignants accueillants ne sont pas formateurs et qu’aucun temps ne leur est dégagé pour ce faire. C’est inacceptable !

A quand la bienveillance pour les équipes ?

Les conditions dans lesquelles se déroule le mouvement d’année en année à cause de la mise en place de postes bloqués et de nombreux enseignants qui leur chance de muter se réduire, voire devenir quasi impossible, notamment sur le littoral.

A quand la bienveillance pour les personnels ?

C’est un choix de l’Inspecteur d’Académie que nous refusons !

C’est aussi un choix de modalités de formation que nous réfutons !

Pourquoi bloquer le mouvement alors qu’on pourrait faire autrement ?

Si le SNUipp-FSU considère que le retour en formation initiale peut être un progrès, il exige qu’une autre organisation de la formation soit mise en œuvre car on ne peut se satisfaire de création de postes sans améliorer les conditions de formation et de travail des personnels. La mise en place de postes bloqués ne participent pas à cette amélioration, bien au contraire.

Le SNUipp-FSU a avancé des propositions, telles que la possibilité pour les stagiaires d’être une journée par semaine en responsabilité en stage filé et d’avoir des vagues de stages massés, sur des cycles différents.

Un tel dispositif :

  • améliorerait les conditions de formation des stagiaires
  • réoxygénerait le mouvement des personnels titulaires, notamment dans certains secteurs comme la côte
  • permettrait aux équipes de pouvoir partir en formation continue

Pourtant cette année, les postes bloqués, ça continue !!!

L’administration a, une nouvelle fois, prévu de bloquer des postes ou des ½ postes cette année. Ce sera la 5ème année consécutive alors qu’il existe d’autres solutions, peut-être plus coûteuse pour l’administration mais pourtant plus efficace en matière de formation et qui s’inscrit davantage dans l’intérêt des élèves et des personnels. L’inspection académique avait pourtant promis que la mise en place des postes bloqués ne durerait pas.

Une liste de 471 « berceaux » (un berceau = ½ poste) nous a été communiquée. La plupart des « berceaux » a été proposée par les IEN avant d’être étudiée lors de ce groupe de travail avec les organisations syndicales représentatives.

A ce jour, le nombre précis de stagiaires à la rentrée n’est pas encore connu. L’Inspection académique a donc fait une estimation de 322 postes nécessaires à la rentrée prochaine. A ce stade, lors du groupe de travail du 9 mars, 326 berceaux ont été retenus.

Il y a donc eu déblocage d’environ 150 supports stagiaires lors de ce groupe de travail.

Comment s’est fait le choix entre les écoles ?

Les écoles retenues sont d’abord des écoles où va se libérer un poste (= poste vacant car : pourvu à titre provisoire, départ en retraite, changement de département…) ainsi que les postes à ½ temps ou à temps plein nécessitant un complément de décharge (décharge de direction, ERTUIC, coordo REP…).

Les postes pour les « plus de maîtres que de classes » ne seront plus bloqués pour les stagiaires, ils seront attribués à des titulaires départementaux cette année pour favoriser la stabilité de l’équipe.

Chaque IEN a « remonté » des propositions et l’IA a retenu 3 grands principes :

  • Apporter un équilibre sur les 32 circonscriptions : au départ, environ 10 « berceaux » stagiaires par circonscription avec la volonté de libérer davantage de supports entiers sur le littoral pour éviter de bloquer complètement le mouvement sur ces secteurs. Le SNUipp-FSU apprécie le principe même si cela restera insuffisant pour « désengorger » le littoral.
  • éviter de bloquer le même poste entier pour une 3ème année consécutive (sauf pour les grandes écoles et les écoles d’application)
  • ne pas affecter 2 stagiaires ou plus dans une école de moins de 3 classes ; pour les RPI, c’est l’ensemble des écoles qui comptent).

L’IA indique qu’il faudra éviter de positionner les stagiaires sur le CP dans les écoles. Par contre, il maintient le positionnement de 2 stagiaires sur un même poste entier (« doublettes ») pour, selon lui, réduire le nombre de postes bloqués pour le mouvement et parce qu’il n’y a pas eu de difficultés majeures sur ce type de fonctionnement. Le SNUipp-FSU 62 en doute fortement et pense que le fait d’être 2 stagiaires sur un même poste complexifie le travail de continuité pédagogique et le travail en équipe (l’échange par mails a ses limites !). C’est aussi un véritable casse-tête pour les équipes dans les écoles.

Le SNUipp-FSU n’a pas voulu participé à des échanges de support stagiaires (enlever à une école pour le remettre à une autre).

Chiffres prévisionnels au niveau du département :

  • 64 stagiaires seront affectés sur le bassin d’Arras-St Pol
  • 46 à 48 stagiaires sur le bassin de Boulogne-Montreuil
  • 50 stagiaires sur le bassin de Calais-St Omer
  • 75 à 76 stagiaires sur le bassin de Béthune-Bruay
  • 91 stagiaires sur le bassin de Lens-Hénin-Carvin

Environ 210 écoles (à ce jour) seront concernées dans notre département (sur un peu moins de 1300 écoles) :

 Listes des postes bloqués par bassin

PDF - 486.7 ko
Postes bloqués : bassin Boulogne Arras St Pol
Postes bloqués : listes par bassin
publiées le : 12 mars 2017
Mises à jour le 17 mars 2017
PDF - 423.1 ko
Postes bloqués : bassin Lens-Hénin-Carvin
PDF - 637.3 ko
Postes bloqués : bassin Boulogne Montreuil
PDF - 658.3 ko
Postes bloqués : bassin Béthune Bruay
PDF - 487.4 ko
Postes bloqués : bassin Calais-St Omer

Légende des documents pdf :

  • En rouge, les postes débloqués lors du groupe de travail
  • En rose, en attente ou à confirmer
  • En vert, les changements de nombre de stagiaires (augmentation ou diminution) dans une école ou ajout d’école accueillant un ou des stagiaires

ATTENTION : ces listes sont susceptibles de modifications ces tableaux seront mis à jour au fur et à mesure des informations qui nous parviendront.

N’hésitez pas à nous contacterpour tout complément d’information et pour échanger sur la situation de vos écoles.

Lire aussi :