Vous êtes ici : Accueil > Mobilisations > 4 jours de Dunkerque : interventions du SNUipp-FSU
Par : SNU62
Publié : 8 mai 2017

INTERVENTION

4 jours de Dunkerque : interventions du SNUipp-FSU

mai 2017




Répondant favorablement à la demande des municipalités, l’IA impose aux enseignant-es exerçant dans des écoles du département un changement d’emploi du temps en raison des « 4 jours de Dunkerque » (manifestation sportive).
Pour porter la voix des personnels, le SNUipp-FSU 62 poursuit ses interventions.

Les interventions du SNUipp-FSU 62

Le 7 avril 2017, nous adressions un courrier à l’IA pour dénoncer l’absence de concertation et réclamer que les emplois du temps des écoles ne soient pas modifiés ou a minima (en cas d’impossibilité notamment pour des raisons de sécurité) le non rattrapage des cours.

Le 25 avril, le SNUipp-FSU reçoit une réponse de l’IA qui refuse, rappelant que "la modification du calendrier scolaire ne peut avoir pour effet de modifier le nombre ou la durée effective totale des périodes de travail" et que les modalités de report ont a été décidées en concertation avec l’IEN.

Fin avril, le SNUipp-FSU intervient auprès du ministère pour dénoncer à nouveau dénoncer la situation et obtenir a minima le non rattrapage, d’autant plus que certains collèges et lycées annulent leurs cours sans prévoir de rattrapage.

Début mai, dans le contexte politique de l’élection présidentielle, le ministère est incapable de donner une réponse favorable à notre demande.

Y aurait-il 2 poids 2 mesures pour les élèves comme pour les enseignant-es ?

Le SNUipp-FSU 62 continue de penser que cette situation est inacceptable et poursuit ses interventions auprès de l’IA.

Le SNUipp-FSU dénonce :

  • La non concertation des enseignants des écoles, par le biais des conseils d’école, et des organisations syndicales à ce sujet. Les parents n’ont d’ailleurs pas été concertés non plus.
  • Une nouvelle ingérence des municipalités dans les horaires des écoles. Cette fois, c’est pour une manifestation sportive, et la prochaine fois, qu’est-ce que cela sera ?
  • Les injonctions faites aux équipes pour indiquer les horaires de rattrapage et prévenir les familles (alors que ce sont les maires qui auraient dû le faire et assumer ainsi leur demande !) dans un délai très court.
  • Les bricolages d’emploi du temps générés par les rattrapages : rattrapage le mercredi après-midi ou sur des après-midi TAP, ou en fin de matinée ou d’après-midi (dénoncés par des parents quand ils en ont eu très récemment connaissance).
    Ces « bricolages » ont même parfois occasionné le non-respect du décret des rythmes ! On marche sur la tête !! (rattrapage sur une journée supérieure à 6h !)

Alors, d’un côté, on brandit les textes pour faire respecter les horaires des élèves et de l’autre, on s’affranchit des textes et des rythmes de l’élève !

Le SNUipp-FSU 62 réclame donc :

  • Dans l’immédiat et a minima le non rattrapage des cours
  • Si les cours ont déjà été rattrapés, une récupération sur temps élèves pour les personnels qui n’étaient pas sur leur temps de service le vendredi 12 mai, mais qui ont tout de même dû effectuer le rattrapage (temps partiels, etc.).
  • A l’avenir, la consultation des conseils d’école et des organisations syndicales et ceci, bien en amont
  • Davantage de considération pour les personnels enseignants et le respect de l’organisation de leur travail. Les enseignant-es n’ont pas à faire les frais d’une situation résultant du bon vouloir de la municipalité.