Vous êtes ici : Accueil > Mobilisations > Pour répondre à l’urgence sociale, l’intersyndicale appelle à la grève et (...)
Par : SNU62
Publié : 31 janvier 2019

MOBILISATIONS

Pour répondre à l’urgence sociale, l’intersyndicale appelle à la grève et manifestations le 5 février 2019

janvier 2019

MANIFESTATION INTERPROFESSIONNELLE ET INTERSYNDICALE REGIONALE

Le 05 février 2019 Porte de Paris à 14 h 30 à Lille

Pour répondre à l’urgence sociale, L’intersyndicale (CGT, FSU, FO et Solidaire) appelle à la grève et manifestations le 5 février 2019

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales.
Gouvernement et patronat sont restés sourds et sont responsables de la crise actuelle.
Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement qui répondent aux urgences sociales. Les 57 milliards d’euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs.
Au-delà des mobilisations des citoyen-ne-s depuis de nombreuses semaines, il est indispensable de construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses.
L’intersyndicale appelle les salarié-e-s, les agent-e-s, les jeunes comme les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi à se mobiliser ensemble par la grève et les manifestations pour obtenir :

  • une augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux ;
  • une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu lui conférant une plus grande progressivité afin d’assurer une plus grande redistribution des richesses et d’alléger le poids de l’impôt indirect (TVA, TICPE) pénalisant les salariés et les ménages, le paiement des impôts en France de grandes sociétés (ex. : GAFA), une imposition plus forte des plus hauts revenus et de la détention de capital ;
  • la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, et exonérations diverses, etc.) qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif et mettent à mal notre protection sociale ;
  • le développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions ;
  • le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester remis en cause par le gouvernement.
  • le maintien de l’ensemble des régimes de retraites ;
  • la défense des droits des privés d’emplois ;
  • l’abrogation de la loi Travail et des ordonnances.

    MANIFESTATIONS LOCALES

Boulogne : 9h30, Bourse du travail
Calais : 9h30, théâtre


CONSIGNE SYNDICALE

Le SNUipp-FSU appelle les collègues à ne pas envoyer leur déclaration d’intention de faire grève. Cette obligation imposée par la loi sur le SMA de 2008 est une atteinte au droit de grève.

Les collègues en contrat CUI-CAE (1 heure de grève = retrait d’1 heure de salaire) et AESH de droit public (retrait d’1/30ème de salaire) ne sont pas concerné-es par cette déclaration d’intention de faire grève. Ils-Elles sont également couvert-es par ce préavis de grève. Ils-Elles préviennent simplement l’école le matin même pour dire qu’ils-elles sont grévistes.

Animations pédagogiques : ce sont les IEN et les DASEN qui organisent le service ; si des IEN ont prévu une animation pédagogique le jour de la grève et ont envoyé des ordres de mission, on ne peut pas obliger les collègues à participer à ces animations.