Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > En faute professionnelle ? Vraiment ?
Par : SNU62
Publié : 23 mars 2019

En faute professionnelle ? Vraiment ?

mars 2019




Suite à la lettre des syndicats à Jean-Michel Blanquer pour lui demander de retirer ses menaces de sanction, la rue de Grenelle semble renouer le dialogue.

Les menaces de sanctions brandies par la rue de Grenelle à l’encontre des personnels des écoles qui refusent de participer aux évaluations CP n’y changeront rien. Ces tests restent contestés par la plus grande partie de la communauté éducative, c’est ce que le SNUipp-FSU et cinq autres syndicats ont fait savoir au ministre dans un courrier commun daté du 15 mars.
Pour eux, « Les professeurs appliquent les programmes, mettent en place les enseignements conformément aux textes en vigueur, réalisent des évaluations régulières pour mesurer les réussites et les difficultés des élèves. », ils ne sont donc pas en faute.

 Place au dialogue ?

Le 20 mars, le ministère rencontrait les syndicats à ce sujet, une première prise en compte de la colère de la profession qui s’était en partie exprimée dans la rue la veille. Le dialogue semble être renoué, la rue de Grenelle indiquant vouloir privilégier le « rappel à la loi » avant toute sanction disciplinaire.
Le SNUipp-FSU a demandé que des consignes allant dans ce sens soient transmises aux recteurs et aux dasen. Il soutiendra les personnels qui pourraient néanmoins être menacés.

 Une lettre aux parents

PDF - 96.9 ko
Lettre aux parents

Madame, Monsieur, chers parents,

Chaque jour l’équipe enseignante met en place des situations d’apprentissages pour faire réussir vos enfants et travaille à adapter les enseignements aux besoins de tous les élèves, de la classe. Parce qu’ils ont tous les mêmes droits à l’éducation, les enseignements respectent les programmes qui garantissent l’égalité des apprentissages. Pour permettre à vos enfants de progresser, nous évaluons régulièrement ce qu’ils apprennent. Pour cela, nous construisons ou choisissons les outils qui nous paraissent les plus pertinents. Conformément au code de l’éducation, nous apportons une aide au travail personnel des élèves, en assurons le suivi et procédons à leur évaluation. Nous veillons à encourager les réussites des élèves, à leur montrer le chemin qu’il reste à parcourir. Et nous vous informons régulièrement sur ce que vos enfants ont appris à l’école. S’ils ont besoin d’une aide particulière, nous vous communiquons tous les éléments utiles pour prendre les décisions importantes qui vous reviennent.

Comme vous le savez nous avons fait le choix de ne pas faire passer les évaluations nationales imposées par le ministère. Elles sont Inadaptées aux apprentissages réels des élèves, source de stress, et ne nous apportent pas de réponses pour mieux faire réussir et aider vos enfants.

Aujourd’hui, le ministre de l’éducation accuse les équipes enseignantes qui ont pris ces décisions de « faute professionnelle » alors que chaque jour nous œuvrons pour la réussite de tous. Plutôt que d’engager le dialogue, d’écouter les professionnels que nous sommes, il brandit la menace de sanctions. Des enseignants.es de l’école sont concernés.

Nous estimons que la réponse est disproportionnée et qu’elle ne prend pas en compte le travail de ceux et celles qui font l’école au quotidien. Nous sommes prêts à en discuter avec vous le ……………à ……… heures et vous remercions d’avance pour le soutien que vous voudrez bien accorder à l’équipe enseignante.

Cordialement,

L’équipe enseignante