Vous êtes ici : Accueil > Mobilisations > Pas de trêve jusqu’au retrait... Et le 9 janvier, on ne lâche rien (...)
Par : SNU62
Publié : 21 décembre 2019

MOBILISATIONS

Pas de trêve jusqu’au retrait... Et le 9 janvier, on ne lâche rien !

décembre 2019




 Actions programmées jusque fin décembre dans le Pas-de-Calais (mises à jour régulières) :

Jeudi 19 décembre : Rassemblement à Boulogne sur mer, 9h30, bourse du travail


Samedi 21 décembre : 15h, distribution de tracts 4B, Calais


Dimanche 22 décembre :
RDV matin 6h, distribution de tracts, RDV parking BCMO à côté du Châtillon, Capécure, Boulogne sur mer
RDV midi 12h, distribution de tracts, RDV parking BCMO à côté du Châtillon, Capécure, Boulogne sur mer


Lundi 23 décembre : RDV 10h, distribution de tracts, devant la mairie, Boulogne-sur-Mer

Lundi 23 décembre : 9h30, distribution de tracts, Mairie de Calais


Mardi 24 décembre : de 14h à 18h Noël de la lutte, rassemblement festif aux coins des 4 boulevards, Calais


Vendredi 27 décembre : RDV Gare Boulogne 6h30, Distribution de tracts de 7h à 8h


Samedi 28 décembre : Grande manifestation à Boulogne sur mer, 9h30, CCI chambre de commerce)


Lundi 30 décembre (annulé) : Grand débat public à Boulogne sur mer, 18h, l’intersyndicale invite le député Jean-Pierre PONT (cf. article ci-dessous


Nous adressons un voeu @emmanuelmacron pour 2020.

L’intersyndicale Fonction publique met à disposition de tous les personnels une carte de vœux afin de demander au Président de la République une toute autre réforme des retraites.

 Le 9 janvier, on ne lâche rien

Après un mois de décembre de luttes et trois grosses journées d’action, l’intersyndicale appelle à une nouvelle journée de mobilisation massive le jeudi 9 janvier prochain.

Le 5 décembre, puis le 10 et le 17, les enseignantes et enseignants ont été particulièrement mobilisés et présents dans les manifestations contre la réforme des retraites par points.
Après les 70% de grévistes dans les écoles le 5 décembre, ce sont près de la moitié des personnels qui étaient encore en grève mardi 17 décembre. Colère et désapprobation se sont ainsi exprimées contre une réforme qui les pénaliserait, comme l’a lui-même reconnu Édouard Philippe.

Des premiers résultats

Il a fallu près d’un mois de mobilisation avant que le gouvernement ne tente de déminer le terrain en annonçant une mise en œuvre de la réforme pour les seules générations nées après 1975 et assure inscrire dans la loi une clause de maintien du niveau des pensions… Sauf que les premières discussions ne permettent pas de concrétiser ces annonces et tout laisse à penser que les personnels des écoles seront particulièrement pénalisés dans un système de retraite par points.

Une revalorisation ?

Alors que le déclassement salarial des enseignants et des enseignantes et particulièrement des PE n’est plus à démontrer, Jean-Michel Blanquer confirme les grands éléments du projet de réforme en assurant que des compensations seront faites sur les rémunérations. Mais la revalorisation éventuelle est toujours conçue comme une contrepartie de la baisse des pensions. Ces compensations seraient prioritairement tournées vers les générations 1975 et suivantes. Il évoque dans le même temps une revalorisation des débuts de carrière mais pour l’heure, les conditions de mise en œuvre restent bien floues. Ainsi le ministre avance une somme de 10 milliards d’euros, mais étalée sur 15 à 20 ans et sans beaucoup de précisions. À partir de cela, il faudrait entériner la réforme des retraites et le croire sur parole... Pense-t-il vraiment qu’il a encore la confiance des enseignants pour avancer ainsi sans présenter sa feuille de route ?

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre …

Mais au-delà de la situation des PE, les mobilisations ont mis dans la rue des salarié·es de toutes les fonctions publiques, des transports mais également de nombreuses entreprises du privé. Les sondages montrent que l’opinion publique soutient largement le mouvement de protestation. La question des retraites et du niveau de vie des futurs pensionnés est un véritable sujet qui mobilise l’ensemble de la société. Le gouvernement doit maintenant l’entendre et revoir complètement sa copie. Dans l’attente, de nombreuses actions se poursuivent dans les départements durant les vacances scolaires et les personnels seront à nouveau dans la grève et dans les manifestations le 9 janvier prochain pour réclamer un tout autre projet de réforme.

 Déclaration préalable d’intention de grève :

Pour être en grève le 9 janvier, les personnels chargés de classe devront déposer leur déclaration d’intention avant le lundi 6 janvier à minuit. Une démarche qu’on peut effectuer dès maintenant.

Vous retrouverez ICI un modèle de courrier et toutes les explications. Vous pouvez tout simplement envoyer un mail à votre IEN.

A savoir : Le SNUipp-FSU est opposé au principe du service minimum d’accueil (SMA) et de la déclaration préalable.

 Enquête grève du 9 janvier

En 2 clics, indiquez nous la participation dans votre école :

Le SNUipp-FSU 62 souhaite une mobilisation massive lors de cette nouvelle journée de grève du 9 janvier 2019. Afin de connaître l’ampleur de la mobilisation et communiquer au plus près de la réalité, nous vous invitons à compléter son enquête grève le plus rapidement possible :

  • Les données de cette enquête nous permettent d’annoncer d’une part un nombre/taux de grévistes et d’autre part un nombre/taux de fermetures d’écoles sur le département du Pas-de-Calais.
  • Les délégué-es SNUipp-FSU 62 des personnels peuvent alors faire remonter les chiffres au SNUipp-FSU pour une vision nationale et ainsi contredire la minimisation systématique des chiffres par notre Administration.

 Communiqués intersyndicaux : Education, Fonction publique, interprofessionnel :




Documents joints