Vous êtes ici : Accueil > Aesh / Contractuels > PIAL Vadez de Calais : Élèves en situation de handicap et AESH (...)
Par : SNU62
Publié : 27 septembre 2020

AESH

PIAL Vadez de Calais : Élèves en situation de handicap et AESH sacrifié.e.s

septembre 2020




Le SNUipp-FSU 62 apporte son soutien aux AESH qui évoluent en outre en REP+, ce qui devrait imposer une attention particulière à la stabilité des équipes et s’associe au communiqué de la section locale du SNES-FSU Calais

Communiqué de la section locale du SNES-FSU au collège Martin Luther King de CALAIS (62)

Les PIAL ou pôles inclusifs d’accompagnement localisés, sont des « organisations collectives de la gestion des besoins d’accompagnement des élèves en situation de handicap sur un territoire défini par l’IA-DASEN ». Ils ont la charge de la répartition et de l’organisation des « moyens humains », c’est-à-dire principalement des AESH ou Accompagnants des élèves en situation de handicap.

Or, le PIAL Vadez de Calais propose une « gestion des besoins d’accompagnement » plus que révoltante. En effet, les responsables du PIAL ont décidé, sans aucune concertation avec les autres chefs d’établissements du secondaire et directeurs d’écoles primaires, de réorganiser entièrement les « moyens humains » … un mois après la rentrée ! La nouvelle (dés)organisation oblige les AESH des collèges Vadez et Martin Luther King à quitter les élèves suivis et les établissements qu’ils connaissent depuis parfois plusieurs années, pour se présenter dans les écoles primaires du secteur ! Et inversement, les AESH des écoles doivent se présenter désormais dans les collèges.

Cette « gestion » des « ressources humaines » est scandaleuse. A ce jour, aucun AESH n’a encore reçu d’arrêté du DASEN. Ils ont été informés jeudi 24 et vendredi 25 septembre de cette décision, qui est effective à partir de lundi 28 septembre ! Qu’ont donc fait les AESH pour mériter un tel traitement ? Aucune prise en compte des contraintes personnelles, familiales ou professionnelles des AESH (alors que le guide national des AESH précise que le PIAL doit en tenir compte). Aucun égard pour leur travail, pour les relations de confiance patiemment bâties avec les élèves ou les familles, pour les partenariats de qualité construits avec les professeurs ou les équipes éducatives. Pire encore : aucun égard pour les élèves en situation de handicap et leur famille, qui subissent directement cette décision. Nombreux sont les élèves qui se sont sentis, légitimement, abandonnés vendredi dernier. Toute une relation est à reconstruire… et le temps manque ! Faut-il rappeler que nombreux furent les élèves en situation de handicap à vivre difficilement « l’école à distance » et le confinement ? Que nombre d’entre eux ont besoin, en cette rentrée plus que les autres encore, d’un accompagnement rassurant et bienveillant ?

C’est pourquoi les AESH, soutenus par la section locale du SNES-FSU du collège Martin Luther King, par les équipes éducatives, pédagogiques et administratives ainsi que par les parents d’élèves demandent à ce que cette décision soit annulée et qu’une vraie concertation soit menée. Une autre organisation et répartition est possible et souhaitable ! Sans évolution de la situation avant le jeudi 1er octobre, les AESH organiseront des actions et un mouvement de grève pour alerter sur leur situation et celles de leurs élèves.

Pour les élèves en situation de handicap, les familles et les AESH, traités ainsi, où est " l’école de la confiance ?" Certainement pas là où on s’acharne à détruire des liens éducatifs construits de longue date.