Vous êtes ici : Accueil > Carrière > Rémunération > [TRAITEMENT ET INDEMNITE] Prime COVID accueil enfants de soignants pendant (...)
Par : SNU62
Publié : 14 octobre 2020

REMUNERATION

[TRAITEMENT ET INDEMNITE] Prime COVID accueil enfants de soignants pendant le confinement

octobre 2020




Les agents ayant assuré l’accueil des enfants de soignants et personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire pendant le confinement ont bénéficié d’une prime exceptionnelle qui a été versée sur le salaire d’août et qui suscite de nombreuses interrogations.

Avec un cadrage national très vague et sans information précise communiquée aux personnels concernés, le versement de cette prime COVID a généré de nombreuses questions.

Ainsi, le décret paru en mai 2020 précise :

  • Entre 4 et 9.5 jours : 330 euros
  • Entre 10 et 15.5 jours : 660 euros
  • A partir de 16 jours : 1000 euros

Un samedi est équivalent à un jour de la semaine.
Un dimanche est équivalent à 2 jours.

En dessous de 4 jours, la présence en école cible ne rend pas éligible au versement de la prime, ce que le SNUipp FSU dénonce fermement !

Pendant la crise, le service public d’Education a fonctionné par l’engagement sans faille de tous les personnels de l’Education nationale : administratifs, infirmières, assistantes sociales, AED, AESH, Psy EN, enseignants.
Tous ces personnels sont allés au-delà de leurs obligations de service en poursuivant leurs missions, soit sur le terrain pour l’accueil des enfants de soignants ou pour le fonctionnement des services, soit en poursuivant leur mission en distanciel. Pour le travail en distanciel, ils ont dû faire face aux dysfonctionnements des outils institutionnels et les compenser au-delà des exigences de leurs ORS. Aucune entreprise privée n’a demandé à ses salariés de poursuivre le travail en distanciel sans matériel dédié ou sans être rétribué. Pourtant c’est ce qui s’est fait dans l’Education nationale. Sans matériel dédié et sans la formation adéquate pour faire face à une telle situation, les personnels ont dû repenser leur pratiques et leur travail.

Au moment où le gouvernement donne une prime pour l’investissement des personnels pendant la crise du covid-19, il est inadmissible que le décret ne prévoit la valorisation que du sur-engagement des personnels.
Ceux et celles qui ont accompli, en présentiel, plus que leur mission doivent être rémunérés en conséquence.
Mais par ailleurs qui va évaluer le travail invisible de l’enseignant pour adapter ses cours à la continuité pédagogique ? Qui va évaluer la formation à de nouveaux outils en urgence pour permettre le suivi des élèves ? Qui va évaluer le temps passé à prendre contact avec les élèves et les familles ?

Tous les personnels de l’Education se sont investis et si ce travail doit être valorisé par une prime, elle doit être donnée à tous. Ne pas l’accorder à tous, c’est nier leur travail et accréditer la thèse de ceux qui veulent affaiblir le Service Public d’Education.

Une prime exceptionnelle qui n’a donc vraiment rien d’exceptionnel !

Le SNUipp FSU appelle tous les personnels concernés à la vigilance sur cette question : au moindre doute sur la tranche perçue et pour chaque erreur, il est nécessaire d’effectuer un recours auprès des services de la DSDEN.

PDF - 337.3 ko
Modèle de recours prime COVID

Informez-nous de vos démarches et de votre situation, pour que nous puissions défendre correctement et collectivement ce dossier.