Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Pas de double journée pour les enseignant.es !
Par : SNU62
Publié : 7 novembre 2020

CRISE SANITAIRE

Pas de double journée pour les enseignant.es !

novembre 2020



Nombreuses et nombreux sont les collègues qui nous contactent pour exprimer leur refus catégorique d’assurer la continuité pédagogique à la fois en présentiel et en distanciel. L’avis du SNUipp FSU 62

 Pas de double journée pour les enseignants !

Lors du premier confinement en mars, les écoles et établissements fermés n’accueillaient plus d’élèves.

Pour autant, les enseignants ont assuré la continuité pédagogique et ainsi transmis à distance les enseignements inscrits dans les programmes à tous les élèves. Sans formation. Sans équipement professionnel.

Ils ont parfois du utiliser la voie postale pour toutes les familles qui le nécessitaient.

Pendant ce deuxième « confinement » débuté en octobre, les écoles restent ouvertes et accueillent les élèves masqués à partir de l’âge de 6 ans. Protocole « renforcé » . Protocole incohérent !

Mais certains d’entre eux, « cas-contact » ou affectés par la COVID-19, sont contraints à l’isolement et donc à rester chez eux.

 Et là, la confusion s’installe...

Certaines familles désireraient que l’enseignement de leurs enfants soient pris en charge à distance.
Quelques chaînons de notre hiérarchie pourraient même être tentés de nous faire revivre une expérience chronophage, anxiogène et intrusive...

Quelques enseignants, cédant d’ores et déjà à ces pressions inadmissibles, prennent sur leur temps personnel pour répondre bon gré mal gré à ce double travail que représenterait la continuité pédagogique présentielle et distancielle.

Car oui, il s’agirait de leur imposer une double journée de travail. Inadmissible et dangereux !

Depuis la rentrée de septembre, la Rectrice a mentionné de nombreuses fois en CHSCT A et CTA qu’un enseignant assurant le présentiel ne devait en aucun cas assurer également de l’enseignement à distance.
Il n’est évidemment pas interdit, comme l’usage le veut, d’envoyer des exercices effectués en classe aux enfants malades… mais refaire une deuxième journée de classe, il n’en est pas question !