Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Instances : interventions, déclarations et compte-rendus du SNUipp (...) > CT - CDEN > [Carte scolaire] Une dotation insuffisante pour combattre les inégalités (...)
Par : SNU62
Publié : 12 janvier 2021

CARTE SCOLAIRE

[Carte scolaire] Une dotation insuffisante pour combattre les inégalités dans le Nord/Pas-de-Calais

janvier 2021



Alors que le Ministère martèle à l’envi sa priorité au 1er degré, l’académie de Lille, malgré sa situation économique et sociale dramatique, n’obtient que 120 postes.

En effet, loin de compenser le sous-investissement chronique dans l’Ecole primaire, cette faible dotation ne suffira pas pour répondre aux priorités ministérielles : augmentation du volume de décharge des directeurs-trices, dédoublement des classes CP/CE1 et GS en éducation prioritaire, limitation des effectifs des GS-CP-CE1 à 24 en milieu ordinaire.

Mathématiquement, cela signifie aussi qu’il ne restera plus de poste pour engager une réelle diminution des effectifs dans tous les niveaux et abonder d’autres postes nécessaires pour le bon fonctionnement de l’école comme les postes de RASED et de remplaçant-es.

A cela s’ajoute l’abandon du moratoire des fermetures de classe en milieu rural !

Vous l’avez compris, la prochaine carte scolaire s’annonce difficile dans notre académie et notre département qui subiront des fermetures de classes auxquelles nous nous opposerons ensemble.

Les enquêtes menées les années passées ont déjà permis au SNUipp-FSU de contrecarrer les prévisions démographiques annoncées et de défendre les écoles afin d’éviter les fermetures. CTSD carte scolaire prévu le 26/01 reporté au 27/01 matin.

Le SNUipp-FSU 62 vous demande donc de remplir l’enquête carte scolaire suivante :

REMPLIR LE FORMULAIRE ICI

Le SNUipp-FSU 62 revendique avec les personnels : pas plus de 25 élèves par classe en ordinaire (et pas plus de 20 élèves par classe en éducation prioritaire).
Pour notre syndicat, il faut absolument changer de cap : les personnels et les élèves n’ont pas à subir des conditions de travail et d’enseignement indignes d’un pays riche, qui plus est alors que la crise frappe des dizaines de milliers de familles dans le Nord/Pas-de-Calais.