Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Instances : interventions, déclarations et compte-rendus de la (...) > [Audience 20 janvier 2021] Le SNUipp-FSU et le SNES-FSU reçu par la Rectrice (...)
Par : SNU62
Publié : 28 janvier 2021

COMPTE RENDU

[Audience 20 janvier 2021] Le SNUipp-FSU et le SNES-FSU reçu par la Rectrice au sujet de l’Education Prioritaire

janvier 2021



Le SNUipp-FSU et le SNES-FSU ont été reçus en audience par la Rectrice de Lille, en présence des IA du Nord et du Pas-de-Calais, mercredi 20 janvier. Les syndicats de la FSU avaient sollicité cette audience afin d’obtenir des éclaircissements par rapport à la réforme de l’Education Prioritaire et à la mise en place des Contrats Locaux d’Accompagnement (CLA).

Notre académie, avec les académies d’Aix-Marseille et de Nantes, a été choisie pour tester la réforme de l’Education Prioritaire dès l’année prochaine. L’académie d’Aix-Marseille a été la première à lancer l’offensive et les retours qui en sont faits posent questions.
Pourtant, lors du comité de suivi du 15 janvier, la Rectrice nous a expliqué qu’il s’agissait de permettre aux écoles qui ne sont pas en éducation prioritaire, mais qui pourraient y prétendre, d’obtenir des moyens supplémentaires. Les écoles qui seront choisies devront établir un CLA avec le rectorat. Dans ce CLA, elles expliciteront leurs besoins pour arriver à un objectif précis.

Pour les syndicats de la FSU, la carte de l’éducation prioritaire doit se fonder sur des critères économiques, sociaux et scolaires transparents et concertés. Elle doit comprendre tous les établissements et écoles où les difficultés de tous ordres constituent un frein à la réussite scolaire, tant dans les territoires urbains que ruraux. Dans le contexte socio-économique actuel dégradé, cela doit se traduire par un élargissement de la carte à l’ensemble des territoires concernés. Mais cela ne doit pas être le fait de déclinaisons ou d’arbitrages locaux qui créent des inégalités d’un territoire à l’autre.

Questions du SNUipp-FSU à la Rectrice

Nombre d’écoles choisies et leurs critères

La Rectrice répond que cela ne concernera qu’une dizaine d’écoles dans le département du Pas-de-Calais et qu’ils s’appuieront en priorité sur l’IPS (Indice de Positionnement Social). Mais ce critère sera insuffisant, car un trop grand nombre d’écoles sera concerné. Les critères devront donc être affinés en concertation avec les syndicats.

Moyens des écoles

Dans l’académie d’Aix-Marseille, les écoles sollicitées pour établir un CLA ne seront pas toutes retenues pour obtenir des moyens… Quid des écoles de notre académie ?
En riant, la Rectrice répond qu’à Lille, on n’est pas comme dans le Sud !

Cela pourrait être drôle si l’enjeu n’était pas aussi important... Pour le rectorat, il faut que 100% des écoles sollicitées soient retenues. Pour cela il faut que les critères de choix soient plus précis !

L’avis du SNUipp-FSU : L’Administration prétend s’appuyer sur le dialogue social avec les syndicats, alors qu’en réalité, tout est déjà décidé. Elle connaît le nombre d’écoles concernées alors que les critères ne sont pas encore débattus !

Lors du comité de suivi du 15 janvier, la Rectrice avait informé des moyens dont pourraient disposer les écoles réalisant un CLA : crédits pédagogiques, fond social, IMP (indemnité pour missions particulières), moyens humains…

Cependant, les équipes pédagogiques ne sauront pas ce qu’elles peuvent demander réellement ! Or, dès cette année, les équipes pédagogiques devront se réunir plusieurs heures pour construire et rédiger leur CLA, le soumettre au Conseil d’école avant de l’envoyer à l’Administration pour étude.

Par ailleurs, tous les moyens demandés dans le CLA ne seront pas obligatoirement donnés : ce qui signifie encore des réunions d’équipes pour ajuster le CLA, une nouvelle réunion du conseil d’école...

Sur quel temps ?

Alors, du temps sera-t-il donné aux personnels pour qu’ils puissent se réunir (décharge de classe par exemple…) ? Le SNUipp-FSU rappelle que les 108h, ça déborde !

Réponse plus que choquante du DASEN du 59 : « Non, rien n’est prévu, et les enseignants ne se plaindront pas, ils seront même contents de se réunir pour cela ». Le DASEN du 62, quant à lui, a confirmé que rien n’était prévu, mais qu’ils allaient se pencher sur la question…

Le SNUipp-FSU 62 n’est pas dupe ! Rien n’est prévu et rien ne sera prévu !

Avec quels effectifs ?

Les équipes pourront-elles demander le dédoublement des GS-CP-CE1 et un allégement des effectifs dans les autres niveaux ?

Pour l’administration, la réponse est non ! Les CLA, ce n’est pas entrer dans la REP. Et les écoles sélectionnées bénéficient d’une attention particulière en carte scolaire. Alors les moyens humains supplémentaires ne seront pas systématiques. Les organisations originales pourront éventuellement être acceptées.

Le SNUipp-FSU dénonce le fait que très peu de moyens humains seront disponibles. Pour notre syndicat, les effectifs de classes hors éducation Prioritaire ne doivent pas dépasser 25 élèves par classe (et 20 en éducation prioritaire).

Avec quelles indemnités ?

L’Administration rappelle que l’IMP (indemnité pour missions particulières), est une indemnité fractionnable. Elle sera donc donnée en fonction de ce que mettront en place les enseignants et en fonction de leur bon vouloir à participer dans telle ou telle action. Elle sera inférieure à la prime REP.

Là encore, la réponse n’est pas acceptable ! Il n’est pas concevable que le salaire des enseignant.es soit calculé de cette manière. Cela reviendrait à la même chose qu’une prime au mérite. S’il doit y avoir une nouvelle indemnité, elle doit être au minimum égale à l’indemnité REP et la même pour tous les personnels exerçant dans une école sous CLA.
Par ailleurs, la FSU revendique toujours le versement de l’indemnité REP aux AESH, qui en sont toujours exclu.es.

Avec quelle carte d’éducation prioritaire ?

La rectrice insiste sur le fait que la carte de l’Education Prioritaire ne serait pas revue avant 2023 et que cela n’aurait pas de sens qu’elle soit entièrement remplacé par des CLA.

Mais après 2023 ?

Les syndicats de la FSU restent très vigilants sur ce point. En attendant, dans l’Ecole de la Confiance de Blanquer... c’est la confiance qui n’est plus là !

Aller plus loin :

Le SNUipp et la FSU donnent la parole aux collègues

L’Education prioritaire menacée… Défendons les REP !