Vous êtes ici : Accueil > Aesh / Contractuels > AESH : pas de premières de corvées !
Par : SNU62
Publié : 16 mars 2021

AESH

AESH : pas de premières de corvées !

mars 2021



Les AESH représentent aujourd’hui près de 110 000 agent-es dans l’Éducation nationale, soit un personnel sur dix. Ce sont très majoritairement des femmes à plus de 90%, âgées de 45 ans en moyenne. Elles sont recrutées sous contrat et peuvent accéder à un CDI après six ans de contrat. Alors que leur mission concourt au bon fonctionnement de l’école inclusive, l’institution les maintient les dans une précarité insupportable ! La journée du 8 mars était l’occasion de rappeler quelques faits...

Les AESH sont actuellement engagées dans des conditions indignes :

  • Plus de 96% des AESH travaillent à temps incomplet, avec des quotités de travail moyennes aux alentours de 60% dans les écoles et de 65% dans les établissements du second degré.
  • Ce temps de travail a des incidences sur les salaires qui sont très bas. Ainsi une AESH travaillant 24 heures par semaine sera rémunérée à hauteur de 760 euros par mois, un revenu considéré comme en dessous du seuil de pauvreté selon l’INSEE.
  • Lors du premier CDD, une AESH est recrutée à l’indice 332, indice minimum de la Fonction publique. Elle pourra au mieux espérer atteindre l’indice 363, soit une perspectrive sur toute une carrière de 145 € bruts...

Les conditions imposées aux AESH résument à elles seules la réalité subie par les femmes : des emplois précaires, peu rémunérés, offrant de faibles perspectives de carrière et dont les missions rendent compliquée l’articulation vie privée/vie professionnelle.

Aller plus loin :

AESH, grève le 8 avril