Vous êtes ici : Accueil > Publications > Départementales > [FENÊTRES sur Cours] Pas-de-Calais n°199 : Savoir… pour agir
Par : SNU62
Publié : 16 janvier

PUBLICATIONS

[FENÊTRES sur Cours] Pas-de-Calais n°199 : Savoir… pour agir

janvier 2021







[FENÊTRES sur Cours] Pas-de-Calais n°199 : Savoir… pour agir

PDF - 1 Mo
[FENÊTRES sur Cours] Pas-de-Calais n°199 : Savoir… pour agir
  • Edito (p. 2)
  • 108h et Laïcité (p. 3)
  • Dossier « Evaluation de l’école » (p. 4 à 8)
  • Formation initiale (p. 9)
  • AESH (p. 10)
  • Lire, voir, sortir (p. 11)
  • Adhésion (p. 12)

    Savoir… pour agir

En cette fin d’année 2021, le Parlement a adopté la Loi Rilhac. Alors que les attentes des collègues sont fortes, cette loi n’apporte aucune avancée majeure de nature à simplifier et alléger le travail des directeurs et directrices et améliorer le fonctionnement de l’école. Au contraire, elle entend bouleverser les relations au sein de l’école, avec des adjoint-es sous l’autorité d’un directeur ou d’une directrice isolée et surchargée. Par le passé, nous avons déjà gagné l’annulation de projets similaires (comme les EPSF voulus par Blanquer en 2019), nous devrons donc nous mobiliser de nouveau pour défendre le fonctionnement collégial de l’Ecole républicaine.
Au même moment, l’IA nous annonçait la mise en place de l’expérimentation d’auto-évaluation des écoles dans notre département. Ce n’est rien de moins qu’une gestion managériale de l’école poussée à l’extrême. Lors de cette évaluation d’école, on devrait demander l’avis des élèves et des parents. Le SNUipp-FSU s’oppose à cette démarche qui relève plus d’une forme de « management » que d’un levier pour améliorer la réussite des élèves. Le risque est grand d’accentuer la mise sous tutelle des équipes enseignantes, les plaçant dans une logique de « comptes à rendre ».
Ce modèle managérial, poussé jusqu’à son paroxysme, est catastrophique pour l’école et la réussite des élèves. Ce ne sont pas nos valeurs. Ce n’est pas le contrat moral sur lequel on s’est engagé dans ce métier. Servir l’intérêt général, la réussite de toutes et tous plutôt que des indicateurs chiffrés et l’école du tri social prônés par ce gouvernement. Dans le vaste débat public qui s’ouvre à l’horizon des échéances électorales de 2022, le SNUipp et la FSU entendent peser de tout leur poids. Pour dénoncer les dérives libérales qui impactent l’école, pour réaffirmer nos valeurs collectives et dresser des perspectives. Le journal que vous tenez entre les mains est un outil qui va dans ce sens : il vise à faire prendre conscience de l’impact de la politique néolibérale sur l’école. Les personnels des écoles en sont convaincus : le savoir est une porte ouverte pour agir sur l’avenir. Dans la perspective d’une école pleinement émancipatrice, la profession sait pouvoir compter sur l’engagement sans faille du SNUipp-FSU. Bonne année de luttes syndicales !

David Blothiaux, Alexandra Dehouck, Maxime Vasseur
Co-secrétaires Départementaux du SNUipp-FSU 62


Affichage, diffusion électronique

Des panneaux réservés à l’affichage syndical sont installés dans des locaux facilement accessibles au personnel, mais auxquels le public n’a pas normalement accès.

Chaque établissement doit donc pouvoir disposer d’un espace d’information syndicale visible. S’il n’existe pas, chaque collègue est en droit de le créer !

Les syndicats peuvent également utiliser l’intranet et la messagerie électronique de l’administration pour diffuser des tracts syndicaux dans les conditions fixées par l’administration.

Distribution de tracts

Les tracts syndicaux peuvent être distribués aux agents dans l’enceinte des bâtiments administratifs, en dehors des locaux ouverts au public. Ces distributions ne doivent pas porter atteinte au bon fonctionnement du service.

Source : https://www.service-public.fr/parti...