Vous êtes ici : Accueil > Mobilisations > Urgence Ecole ! EN GREVE NATIONALE LE 27 JANVIER
Par : SNU62
Publié : 20 janvier

MOBILISATIONS

Urgence Ecole ! EN GREVE NATIONALE LE 27 JANVIER

janvier 2022



Le rapport de force engagé le 13 janvier, débouchant sur de premières mesures insuffisantes et la mise sous tutelle du ministre, dont le départ s’impose, se poursuit le 27 janvier. Le SNUipp-FSU appelle à la grève et à la mobilisation massive de toutes et tous, dans un cadre interprofessionnel, pour exiger un recrutement de personnels, notamment pour faire face à la crise, une réelle revalorisation salariale pour toutes et tous et une nécessaire sécurisation des écoles.

La grève historique du 13 janvier a commencé à faire bouger un peu le gouvernement. Dans un contexte d’explosion des cas, le syndicat appelle les personnels enseignants et AESH à se saisir de cette grève afin d’enfoncer le clou et d’obtenir des avancées importantes pour que l’école soit réellement sécure et fonctionnelle : équipement imposé de capteurs de CO2, masques et autotests en nombre suffisants y compris pour les élèves, mise en place de campagnes de tests salivaires systématiques hebdomadaires sous la responsabilité de l’ARS pour permettre d’isoler les élèves positifs…

Cette crise sanitaire est un révélateur des manques structurels de l’Éducation nationale en termes de recrutements : manque de remplaçant·es, besoin de RASED, d’une inclusion de qualité. La grève du 27 janvier doit être aussi l’occasion de peser afin d’obtenir un collectif budgétaire pour obtenir un plan d’urgence pour l’école. Une situation qui résulte de la politique désastreuse et du mépris du ministre dont le départ, même s’il ne réglerait pas tout, permettrait un réel soulagement tant pour l’école que pour les personnels. Après les fortes mobilisations des mois passés, l’intersyndicale appelle également les AESH à se saisir de cette journée afin d’améliorer leur pouvoir d’achat et leurs conditions de travail.

Si la pandémie a mis en lumière le rôle primordial de l’école et de ses personnels, le déclassement salarial contribue à une désaffection pour les métiers de l’enseignement, aggravé par la dégradation des conditions de travail.

Le salaire actuel des personnels du premier degré, enseignant·es, AESH et psychologues de l’Éducation nationale, ne contribue pas à une reconnaissance de leur métier avec des moyennes de rémunération bien en dessous des autres pays de l’OCDE. Les professeur·es des écoles sont également moins bien payé·es que les autres cadres A de la fonction publique d’État. Et l’égalité salariale entre les femmes et les hommes est loin d’être atteinte.

Les quelques mesures prises dans le cadre du Grenelle de l’éducation sont très parcellaires, largement insuffisantes et inquiétantes. Alors que l’inflation a été particulièrement importante en 2021, ces mesures ne permettront même pas de combler les pertes de pouvoir d’achat liées au quasi gel de la valeur du point d’indice depuis 2010.

Le SNUipp-FSU revendique le dégel du point d’indice ainsi qu’une refonte des grilles indiciaires. Une augmentation de 300 euros par mois pour tous et toutes les professeur·es des écoles doit être annoncée immédiatement. Sur la question sanitaire il réclame la fourniture de masques pour les personnels comme pour les élèves, une campagne de tests hebdomadaires systématiques et un recrutement massif de personnels.

 Déclaration d’intention de grève : comment faire ?

Pour une grève le jeudi la déclaration devra se faire au plus tard le lundi soir à 23:59. (certains personnels ne sont pas concernés par cette déclaration.)

Envoi au choix :

  • par courriel à votre IEN, uniquement depuis votre boîte professionnelle (de type prénom.nom@ac-lille.fr)
  • par voie postale, sous couvert de votre IEN (Rectorat de l’académie de LILLE, 144 rue de Bavay BP709 59033 Lille cedex)

Courrier-type et plus d’infos

 Lettre aux parents :

opendocument text - 17.2 ko
Lettre aux parents (version modifiable)
PDF - 26.8 ko
Lettre aux parents (version imprimable)

 Les mobilisations :

En préparation

 Les communiqués intersyndicaux :


Personne ne peut ignorer le contexte social et économique, les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie comme de l’alimentation et, finalement, du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, demandeurs d’emploi et retraités.

Personne n’ignore que seuls les salaires, les pensions et les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications, dans le privé comme dans le public.

Si, dans certains secteurs et entreprises, des mobilisations et des négociations ont permis d’obtenir des revalorisations de salaires, trop souvent encore les négociations sont au point mort ou les propositions des employeurs loin du compte.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL ne peuvent s’en satisfaire et n’entendent pas en rester là !

Sans augmentation du point d’indice et du Smic, il n’y aura aucune avancée pour les salarié.e.s dont les mínima de branche sont actuellement en dessous du salaire de base minimum.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL contestent, dans le même temps, que le gouvernement ait maintenu sa réforme de l’assurance chômage qui aura pour conséquence d’enfermer de trop nombreux salariés dans des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.

Les retraité.e.s, très massivement mobilisé.e.s, attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leur pension, retraite de base et retraite complémentaire, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.

La jeunesse, confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté, accentuées par la crise sanitaire, économique et sociale, doit obtenir une réponse à l’encontre des réformes libérales, de l’éducation, de la formation, de l’assurance chômage, décidées par le gouvernement.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL soutiennent les actions et mobilisations organisées dans les jours et semaines qui viennent pour exiger des augmentations de salaires et défendre les emplois et conditions de travail et appellent à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le jeudi 27 janvier 2022.

Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble, par la grève et les manifestations, pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraité.e.s.

Aller plus loin :

Urgences pour les salaires

Salaires and co : où en est-on ?

AESH : Mobilisé·es le 27 !

Préavis de grève et déclaration reconductible du SNUipp-FSU jusqu’au 4 mars 2022

Signez et faites signer la pétition avant le 27 janvier ICI

PDF - 161.7 ko
Tract Pétition salaires