Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Instances : interventions, déclarations et compte-rendus du SNUipp (...) > [Audience à l’IA] Compte rendu SNUipp FSU 62 du 19 janvier 2022
Par : SNU62
Publié : 20 janvier

COMPTE RENDU

[Audience à l’IA] Compte rendu SNUipp FSU 62 du 19 janvier 2022

janvier 2022



Dans la suite des actions du 13 janvier 2022 et du "Roubaix-Paris" organisé par nos camarades du Nord, le SNUipp-FSU 62 a organisé un rassemblement mercredi 19 janvier 2022 durant lequel une délégation a été reçue en audience. Compte rendu

Le mouvement de grève historique du 13 janvier 2022 a poussé le Premier ministre à recevoir le soir même les organisations syndicales et à mettre sous tutelle le ministre de l’Education nationale. Durant cette rencontre, le gouvernement a fait des propositions qui, malgré quelques avancées, ne nous satisfont pas.
Les annonces faites à la suite de cette entrevue sont encore loin de répondre à l’immense colère qui électrise la totalité des personnels de l’Education nationale et les familles.
Le SNUipp-FSU 62 a donc fait une demande d’audience auprès de l’IA du Pas-de-Calais pour rappeler les revendications des personnels du département et demander la déclinaison départementale des décisions gouvernementales.

Administration : IA du Pas-de-Calais et IA adjoint
SNUipp-FSU 62 : Sabrina Bamouhami (représentante SNUipp-FSU 62 pour les AESH), Véronique Klinkenberg (directrice d’école), Déborah Lassalle (directrice d’école), Maxime Vasseur (co-secrétaire départemental SNUipp-FSU 62)

 Recrutements

Le ministère a annoncé le recrutement de 3300 contractuel.les : Listes complémentaires, AED, vacataires administratifs.

Les recrutements étaient déjà possibles avant cette annonce gouvernementale si l’on en croit la Rectrice de Lille qui faisait le tour des médias régionaux la semaine dernière pour faire la promotion de l’Education nationale alors que le chaos règne dans les écoles de l’académie.

Le SNUipp-FSU a rappelé qu’il exige des moyens humains :

  • Cela passe par une dotation supplémentaire en postes de titulaires au plus vite via un collectif budgétaire,
  • Cela passe par le recrutement immédiat des listes complémentaires, sous statut. Nous refusons le recours aux contractuel-les ou retraité-es.

 Masques

Concernant les masques FFP2, une livraison est prévue à la DSDEN mais l’Administration est en attente d’informations. D’après le ministère, ces masques sont prévus pour les enseignant-es en maternelle, les AESH et les personnels en ASH. Les enseignant-es d’élémentaire qui le demandent doivent pouvoir en bénéficier également.

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé que les masques inclusifs ont mis un an à arriver dans les écoles ! Les difficultés pour les AESH de recevoir leurs masques ont également été pointées.

Le syndicat a de nouveau exigé la fourniture de masques FFP2 à tous les personnels qui le demandent, ainsi que la fourniture gratuite de masques à tous les élèves.

L’administration a envoyé une enquête flash à toutes les écoles pour recenser les besoins des personnels.

 Capteurs CO2

Concernant les capteurs de CO2, le ministre a précisé que « c’est une compétence des collectivités locales ». Selon lui, l’État continue d’aider ces dernières pour en équiper les établissements scolaires. 

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé à l’IA qu’au 6 décembre, seulement 6 % des écoles du département étaient équipées (après 1 an et demi de crise sanitaire). Le syndicat revendique que ces capteurs soient financés par Etat : il y a en effet des disparités financières selon les mairies, et des édifices plus anciens qui nécessitent un dispositif adapté.

L’IA a répondu que de plus en plus de communes (notamment des villes moyennes) s’intéressent à ce dispositif. Il est en contact avec le Préfet et les élu-es pour la mise en place de capteurs de CO2 dans les écoles. Un courrier rappelant notamment la procédure et les aides au financement (les capteurs sont pris en charge à hauteur de 50% par l’Etat) sera envoyé prochainement aux élu-es, et en copie aux chefs d’établissement et directrices et directeurs d’écoles. Concernant la revendication d’un financement complet de l’Etat, l’IA répond simplement qu’il ne pourrait rien imposer aux municipalités (celles-ci étant responsables de la sécurité dans les écoles).

Le SNUipp-FSU 62 ne se satisfait pas de cette réponse et continuera d’exiger l’équipement immédiat de toutes les classes en capteurs de CO2 financés par l’État.

 Campagnes de tests

Questionné par le SNUipp-FSU 62 sur les campagnes de tests dans les écoles, l’IA explique qu’on est passé de 15000 tests hebdomadaires à seulement 5000 dans les écoles du département.

Concernant la campagne de tests actuelle (3 auto-tests à la maison et une déclaration sur l’honneur des parents), le syndicat a rappelé que nous voulons un autre fonctionnement.
Cela perturbe le fonctionnement des écoles, la fiabilité des auto-tests pose question, le déclaratif des parents ne garantit en rien que les enfants ont été testés négatifs… Par ailleurs, le syndicat a fortement insisté sur la dégradation des conditions de travail des directrices et directeurs d’écoles, confronté-es à des changements réguliers de protocoles, ou à des incohérences entre l’actuel protocole sanitaire dans les écoles et ce que dit l’ARS aux familles.

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé que les tests demandés aux élèves ne doivent pas reposer sur la responsabilité des familles ni être soumis au contrôle des personnels de l’Education nationale, mais doivent être organisés par les autorités sanitaires compétentes.

Le syndicat réclame un autre dispositif de tests avec la mise en place de tests salivaires systématiques hebdomadaires réalisés dans les écoles par les autorités sanitaires en attendant un recrutement conséquent de médecins et infirmier-es scolaires en nombre suffisant.
Le SNUipp-FSU 62 continue d’exiger le recrutement de personnels de santé scolaire actuellement en nombre très largement insuffisant.

 Vacataires administratifs

L’annonce gouvernementale d’une aide à la direction d’école qui croule littéralement sous les tâches, via 1700 emplois vacataires au niveau national est très largement insuffisante et ne représenterait qu’une aide par circonscription.

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé que c’est ce même gouvernement qui avait supprimé les aides administratives à la direction d’école.

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé ses exigences : une aide administrative statutaire dans chaque école, un réel allègement des tâches administratives, une décharge garantie pour chaque école et l’augmentation des quotités hebdomadaires de décharges de direction par l’attribution de postes spécifiques.

Le SNUipp-FSU 62 a également rappelé ses revendications quant aux décharges des directrices et directeurs d’écoles :

  • 1 à 3 classes : ¼ de décharge,
  • 4 à 6 classes : ½ décharge
  • 7 à 9 classes : ¾ de décharge
  • 10 classes et plus décharge totale

 Report des évaluations mi-CP

L’annonce du report des évaluations nationales de mi-CP marque une fragilisation de la politique menée par Jean-Michel Blanquer mais ne répond pas à leur nécessaire abandon. C’est ce qu’a rappelé le SNUipp-FSU 62 à l’IA.

Ces évaluations sont inutiles pédagogiquement car selon la DEPP, 78 % des PE n’y trouvent que la confirmation de difficultés déjà repérées.

Elles sont chronophages, ce que reconnaît le MEN lui-même puisqu’il accorde une décharge de 6h d’APC pour les collègues concernés.

Ces évaluations montrent que la politique éducative actuelle creuse les écarts entre les élèves d’Éducation Prioritaire et les autres. Mais ça, nous ne le lirons jamais dans la communication du ministère.

Par ailleurs, nous avons rappelé que la liberté pédagogique est inscrite dans la loi, et les enseignant·es ne sont en aucun cas de simples exécutant·es. L’IA a simplement répondu que cette liberté est encadrée et que les enseignant.es doivent appliquer les consignes ministérielles…

 Salaires

Le SNUipp-FSU 62 a dénoncé le fait que le gouvernement n’ait pas du tout abordé les salaires le 13 janvier dernier, alors que c’est une revendication très forte des personnels.

Le SNUipp-FSU 62 a rappelé à l’IA que le salaire actuel des personnels du premier degré, enseignant·es, AESH et psychologues de l’Éducation nationale, ne contribue pas à une reconnaissance de leur métier. Ce qui explique notamment la difficulté rencontrée par l’Administration pour recruter des contractuel.les, faute de candidatures.

Les PE sont payé-es 24 % de moins que la moyenne des enseignant-es de l’Union Européenne. Un instituteur qui débutait au début des années 80 étaient rémunérés 1,7 fois le SMIC. Aujourd’hui, un PE qui débute est remunéré 1,2 fois le SMIC.
A ce rythme, dans 5 ans, nos futurs collègues seront smicards…

Jean Michel Blanquer avait annoncé un Grenelle historique... qui a fait pschitt Les quelques mesures prises dans le cadre du Grenelle de l’éducation sont très parcellaires, largement insuffisantes et inquiétantes  : indemnités ciblées plutôt qu’augmentation générale et individualisation avec l’octroi d’une part variable différente selon les personnels pour l’attribution de la prime REP+.

Alors que l’inflation a été particulièrement importante en 2021, ces mesures ne permettront même pas de combler les pertes de pouvoir d’achat liées au gel de la valeur du point d’indice depuis 2010. De plus ces mesures ne correspondent pas à ce que souhaitent les personnels  : une revalorisation substantielle des salaires pour toutes et tous par des augmentations indiciaires qui entrent également dans le calcul des pensions de retraites. Ce déclassement salarial contribue à une désaffection pour les métiers de l’enseignement, aggravée au fil des années par la dégradation des conditions de travail.

Le SNUipp-FSU revendique le dégel du point d’indice ainsi que la refonte des grilles indiciaires pour l’amélioration des salaires de tous les personnels des écoles et exige dès maintenant une revalorisation par l’ajout uniforme de points sur les grilles indiciaires, équivalant à 300 euros nets par mois.
En conclusion, le SNUipp-FSU 62 a rappelé à l’IA que le Ministère avait rendu 200 millions d’euros à Bercy en 2019 (ce qui n’était jamais arrivé auparavant…), puis 200 millions en 2020 et encore 75 millions en 2021. Pourtant, avec près de 500 millions d’euros, on pourrait en faire des choses pour améliorer les conditions de travail des personnels en ces temps de crise…

 Le point sanitaire dans le Pas-de-Calais

A la date du 17 janvier 2022, selon l’IA, il y a dans le Pas-de-Calais :

  • 270 classes sans enseignant-es (malgré le déploiement des BDFC et des BD REP+ sur les remplacements ordinaires)
  • 18 classes fermées dans le 1er degré à cause du Covid-19, et 1 seule classe fermée dans le 2nd degré
  • 1268 élèves, 69 enseignant-es et 14 personnels communaux testés positifs dans le 1er degré
  • 11 235 cas contacts dans le 1er degré
  • 794 enseignant-es et personnels testés positifs et 1186 cas contacts dans le 2nd degré

Aller plus loin :

#roubaixparis : A vélo avec le SNUipp-FSU pour dénoncer le manque de postes dans l’Education