Vous êtes ici : Accueil > Aesh / Contractuels > [AESH] Groupe de travail au rectorat du 21 janvier 2022
Par : SNU62
Publié : 28 janvier

AESH

[AESH] Groupe de travail au rectorat du 21 janvier 2022

janvier 2022



Le SNUipp et la FSU ont siégé au Groupe de Travail « gestion des AESH » du 21 janvier 2022, en présence de la DRH du Rectorat de Lille, de SAGERE, de l’IA Adjointe du Pas-de-Calais, de l’IEN de Lille-ASH et du Conseiller Technique ASH du Rectorat. Compte rendu

 Salaires

La FSU a récemment obtenu l’arrondi supérieur pour les AESH exerçant à 24h et le versement avec rétroactivité à la date du 1er septembre 2019. Ce qui représentait environ 300 euros pour les collègues exerçant déjà à cette date. A cela s’ajoute depuis la rentrée la mise en place (en novembre avec effet rétroactif à partir du 01/09/2021) d’une nouvelle grille indiciaire pour l’ensemble des AESH.

La FSU a dénoncé le manque d’informations adressées aux AESH sur ce sujet. Beaucoup de collègues ont en effet rencontré des difficultés avec différentes aides (APL, prime d’activité…) lorsqu’iels ont perçu un rattrapage de salaire en novembre, avec parfois plusieurs centaines d’euros supplémentaires. La FSU a critiqué le manque d’anticipation de l’Administration et a rappelé qu’il aurait sûrement été préférable que ce rattrapage soit effectué au moins en 2 fois, afin de ne pas pénaliser les collègues. Il aurait également été nécessaire d’envoyer une attestation aux AESH précisant qu’il s’agissait d’un rattrapage que les collègues auraient pu remettre aux différents prestataires.

Le Rectorat a reconnu un manque d’anticipation, mais a rappelé qu’une fiche de paie spécifique a été adressée en novembre aux collègues concerné-es. Cette régularisation a concerné les collègues relevant de la DSDEN dès le mois de novembre. Les régularisations pour les collègues relevant des lycées mutualisateurs sont en cours.

D’autres évolutions salariales sont prochainement prévues :

  • la hausse du SMIC au 01/01/2022 permet une revalorisation de l’indice plancher des AESH (qui passe de 341 à 343). Cette augmentation sera effective sur la paye de mars (avec effet rétroactif daté du 01/01/2022)
  • la prise en charge partielle de la mutuelle par l’employeur de 15 euros par mois dès janvier 2022

L’iniquité d’accès à différentes prestations sociales en fonction des différents employeurs (les AESH recruté-es au titre 1 par les lycées mutualisateurs ne disposent pas des mêmes prestations sociales que les AESH recruté-es au titre 2 par la DSDEN) a également été denoncée. Il a été rappelé l’importance d’un employeur unique (la DSDEN) pour l’ensemble des AESH.

N’hésitez pas à nous contacter en cas de difficulté particulière.

 Forfait mobilité durable

Il s’agit de la prise en charge facultative par l’employeur des frais de transports personnels entre le domicile et le lieu de travail jusqu’à 500 € par an.

Les moyens de transports concernés sont :

  • les vélos, électriques ou mécaniques ;
  • la voiture dans le cadre d’un covoiturage (en tant que conducteur ou passager) ;
  • les engins de déplacement personnels (motorisés ou non) en location ou en libre-service (comme les scooters et trottinettes électriques « en free-floating ») ;
  • les transports en commun en dehors des frais d’abonnement ;
  • et tout autre service de mobilité partagée.

Il est exonéré d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales jusqu’à 500 € par an et par salarié.

Le forfait est cumulable avec la participation de l’employeur à l’abonnement de transport public mais l’avantage fiscal résultant des deux aides ne peut dépasser le montant maximum entre 500 € par an et le montant du remboursement de l’abonnement de transport public.

Les dossiers étaient à renvoyer à l’Administration avant fin décembre. Ce forfait sera versé aux AESH concerné-es sur les payes de janvier, février ou mars (en fonction de la date de réception de leur dossier par l’Administration).

 Quotités de travail

Suite aux demandes répétées des personnels et de la FSU, le Rectorat a rappelé l’ objectif de faire passer à 24 h par semaine les AESH exerçant à 20h. A la rentrée 2021, 250 collègues (sur les 350 contacté-es) ont donc vu leur quotité augmenter. A la rentrée 2022, 250 AESH verront également leur quotité augmenter à 24h. Questionné par la FSU, le Rectorat a également confirmé que cette augmentation n’est pas obligatoire : à cette rentrée, une centaine d’AESH ont d’ailleurs exprimé le souhait de rester à 20h pour différentes raisons (personnelles et familiales, perte d’aides sociales, cumuls d’emplois…).

Pour la FSU, le temps de travail est l’un des principaux enjeux de l’amélioration des conditions d’emploi des AESH. S’il est nécessaire d’aller vers des temps complets pour toutes et tous, cela ne doit pas conduire à une nouvelle dégradation des missions. La FSU exige des emplois à temps complet pour tous·tes les AESH exerçant dans les écoles et établissements scolaires.

 Journées de fractionnement

Depuis le 1er décembre 2021, les AESH ne peuvent plus bénéficier des 2 jours de fractionnement auxquels iels avaient droit depuis le printemps 2021. Le Rectorat a décidé unilatéralement de procéder à l’annualisation de ces jours de fractionnement (14h déduites du temps de travail annuel pour un temps complet). L’Administration aurait constaté que beaucoup d’AESH demandaient des journées de fractionnement la veille des vacances, ou pour prolonger un week-end ! Cette concentration de demandes aux mêmes dates aurait contraint d’Administration a refusé des demandes. Quel mépris pour les personnels !

Cette décision soudaine et unilatérale du Rectorat (un courrier adressé par la Rectrice aux AESH en octobre avec effectivité au 1er décembre) n’apporte rien de concret aux collègues puisque cela provoque une baisse des heures invisibles. C’est un recul des droits des personnels. La FSU a rappelé qu’il n’est pas admissible d’accorder un droit aux personnels, puis leur reprocher quelques mois plus tard de faire valoir ce droit pour quelque motif que ce soit !

S’appuyant sur le guide AESH ministériel, la FSU a réclamé la possibilité pour les AESH d’avoir le choix entre l’annualisation et 2 jours de fractionnement dans l’année.

Le Rectorat a entendu ces arguments et prévoit d’aborder de nouveau ce point avec la FSU avant la fin de l’année scolaire, pour une mise en application à la rentrée 2022… La FSU sera vigilante à ce que les droits des personnels soient respectés.

 Evaluation des AESH

Rappelant les décisions prises (sans concertation avec la FSU ni avec les AESH) lors d’un groupe de travail réunissant des directrices et directeurs d’école du Pas-de-Calais, le Rectorat souhaite mettre en place dans toute l’académie l’évaluation des AESH par les directrices et directeurs d’école pour les AESH exerçant dans le 1er degré, et par les chefs d’établissement sur propositions des enseignant-es dans le 2nd degré.

La FSU a de nouveau dénoncé l’élaboration de ces grilles d’évaluation des AESH sans demander l’avis des AESH ni de leur-es représentant-es. La FSU a également rappelé qu’elle s’oppose à cette évaluation faite par les directrices et directeurs d’école dans le 1er degré, et par les enseignant-es du 2nd degré. Pour la FSU, puisque les enseignant-es ne sont pas supérieurs hiérarchiques des AESH, cette évaluation ne peut être faite que par l’IEN ou le chef d’établissement.

 Formation continue

Suite aux demandes répétées de la FSU, le Rectorat a mis un place un plan de formation continue des AESH.

A la rentrée 2021, 675 AESH ont fait acte de candidature sur le Plan Académique de Formation. Toutes les demandes ont été accordées. Même si on ne peut que se féliciter de cette première étape, cela reste loin d’être suffisant.

L’Académie de Lille compte 9000 AESH (dont 1753 AESH en CDI) : ce sont donc à peine 7,5% des AESH qui pourront bénéficier cette année d’une formation continue. Même si le Rectorat envisage de l’ouvrir aux collègues en CDD, la FSU a dénoncé le fait que cette formation soit actuellement réservée aux collègues exerçant en CDI. La FSU reste attachée aux formations académiques proposées à l’ensemble des collègues sur la base du volontariat.

 Crise sanitaire

Des masques jetables type IIR (masques chirurgicaux) arriveront directement dans les établissements scolaires du 2nd degré et dans les inspections de circonscriptions la semaine prochaine. Il s’agit de boîtes de 50 masques par personne. Un mail est adressé en ce sens à l’ensemble des directrices/ directeurs et chefs d’établissement.

Ces masques sont arrivés à la DSDEN pour les services civiques et les AESH. Ces masques seront ensuite distribués aux PIAL.

Concernant les masques FFP2 prévus notamment pour les AESH, une livraison est prévue à la DSDEN mais l’Administration est en attente d’informations.

La FSU a de nouveau dénoncé le manque de protection sanitaire à destination des AESH. Dans le 1er degré notamment, il est inadmissible que les AESH, qui font partie des personnels les plus précaires de l’Education Nationale, doivent se déplacer jusqu’au PIAL pour récupérer leurs masques et auto-tests. La FSU continuera d’exiger la fourniture de masques FFP2 à tous les personnels qui le demandent, ainsi que la fourniture gratuite de masques à tous les élèves.

 Missions des AESH

Enfin, la FSU a rappelé l’importance d’informer l’ensemble des personnels sur les tâches qui font partie des missions AESH et celles qui n’en font pas partie. Le SNUipp-FSU 62 avait réalisé une enquête montrant que 40,3% des AESH du Pas-de-Calais exercent des tâches qui ne font pas partie de leurs missions (surveillance de classe ou de récréation, 10 minutes d’accueil à l’école, désinffection des locaux...) Un problème soulevé à maintes reprises par la FSU, et encore plus prégnant avec la crise sanitaire. Le rectorat a entendu ces remarques et prévoit, dans le vademecum AESH de l’académie, un rappel à la circulaire 2017 listant les missions des AESH.

Contactez nous en cas de difficulté particulière.