Vous êtes ici : Accueil > Publications > Documentation pédagogique > Comment parler de la guerre en classe ?
Par : SNU62
Publié : 5 mars

DOCUMENTATION PEDAGOGIQUE

Comment parler de la guerre en classe ?

mars 2022



La guerre en Ukraine suscite de nombreuses inquiétudes et interrogations des élèves. Comment y répondre ? Le SNUipp-FSU met à disposition des ressources et des conseils de spécialistes pour parler de la guerre en classe (une liste non exhaustive).

L’actualité tragique de la guerre s’impose dans l’enceinte de l’école. Pour répondre aux inquiétudes et questionnements des élèves, le SNUipp-FSU propose des ressources et des conseils de spécialistes pour expliquer le conflit aux enfants et parler de la guerre en classe.

 Comprendre le conflit

LE SITE EDUSCOL propose des ressources pour évoquer la crise ukrainienne avec les élèves. À destination essentiellement des élèves de collège et lycée, ces documents ont le mérite d’éclairer les PE sur la crise actuelle en Ukraine.

« LE JOURNAL DES ENFANTS » traite l’actualité pour les 8-12 ans. Les PE peuvent y trouver des articles pour aider au décryptage de la situation en Ukraine. « Pourquoi Poutine fait-il la guerre à l’Ukraine ? », « Qui va aider l’Ukraine ? » sont les premiers papiers publiés à hauteur d’enfant sur le sujet que le JDE met en « Une ».

L’ÉMISSION « LE DESSOUS DES CARTES » D’ARTE propose une vidéo de présentation géographique de l’Ukraine,« La Russie attaque l’Ukraine », pour mieux comprendre le cadre dans lequel se déroule cette tragique actualité. À destination des élèves de cycle 3.

3 NUMÉROS SUR L’UKRAINE sont à retrouver dans le journal « Mon quotidien », pour les 10-13 ans : « Pourquoi il y a un risque de guerre ? », « La Russie a attaqué l’Ukraine » et « 7 mots à connaître pour suivre la guerre en Ukraine ».

LE JOURNAL “L’ACTU”, quotidien destiné aux jeunes a sorti un numéro spécial sur l’Ukraine “ Risque de guerre Ukraine/Russie : 5 points clés pour comprendre"

1 MN 30 DE VIDÉO « 1 JOUR,1 QUESTION » pour expliquer aux enfants « C’est quoi une guerre mondiale ». Des commentaires explicatifs drôles et un dessin léger et espiègle pour les aider à construire leur raisonnement

LE SITE « CHARIVARI À L’ÉCOLE », qui partage des ressources pour enseigner, a ouvert un espace « Parler de l’Ukraine aux enfants ». Quelques pistes par cycle, des ressources et un renvoi à des articles de presse sur le sujet sont disponibles.

 Des albums pour parler de la guerre

Cycle 1

Flon-Flon et Musette, de l’école des loisirs  : Toute la journée, Flon-Flon joue avec Musette, tantôt d’un côté du ruisseau, tantôt del’autre. Plus tard, ils se marieront. Mais un soir, le papa de Flon-Flon dit : « Mauvaise nouvelle ! La guerre va bientôt arriver. » Et le lendemain, à la place du ruisseau, il y a une haie d’épines. Un album sur l’amitié, la guerre.

Le nuage Bleu de Tomi Ungerer : L’histoire d’un nuage bleu assez dodu parce qu’il refuse de se laisser pleuvoir. Jusqu’au jour où il découvre une ville en feu où les gens s’entretuent... Par un maîtreagitateur, le joli sacrifice d’un nuage.

La Folle Bataille. Lézards contre rectangles de Steve Antony : Depuis la nuit des temps, les Lézards verts et les Rectangles rouges étaient en guerre. Les Lézards verts faisaient tout pour battre les Rectangles rouges, mais les Rectangles rouges étaient très malins. Les Rectangles rouges faisaient tout pour battre les Lézards verts, mais les Lézards verts étaient vraiment très forts. Jusqu’au jour où… Un album déjanté et redoutablement efficace sur l’une des multiples façons d’en finir avec la guerre.

Cycle 2 et 3

Wahid de Thierry Lenain et Olivier Balez : Il y avait deux pays : l’Algérie et la France. Deux hommes : Maurice et Habib. La guerre d’indépendance a éclaté, peut-être se sont-ils combattus… Ils ne sont pas morts et chacun a eu un enfant : Thierry et Assia, qui se rencontrent bien plus tard. De leur amour naît Wahid, le petit garçon métis, aux deux grands-pères que la guerre avait jetés l’un contre l’autre. Wahid, l’enfant de l’amour qui devra apprendre à vivre avec la France et l’Algérie. Un album au texte court et simple qui évoque la guerre de libération de l’Algérie, le temps qui passe, l’amour, les enfants métis…

La guerre d’Anaïs Vaugelade  : Entre les Rouges et les Bleus, c’était la guerre depuis si longtemps que plus personne ne savait pourquoi elle avait commencé. Alors, pour en finir, Jules, fils du Roi des Rouges provoqua en duel Fabien, fils du Roi des Bleus. Mais Fabien, lui, n’aimait pas tellement se battre.

Chez moi c’est la guerre de Fatima Sharafeddine et Claude K. Dubois, Mijade : C’est une histoire sans âge, une histoire de partout et de nulle part, toujours la même dans tous les paysages. Du haut de ses huit ans, avec ses mots à elle, une petite fille nous la raconte. Elle dit sa ville aimée, où « des soldats sont venus, qui ne veulent plus s’en aller ». Elle raconte les bombardements, la peur, mais aussi les jours d’accalmie où la vie reprend presque comme avant. La peur détruit la vie. Qu’est-ce qui détruit la peur ? Devant la mer, la petite fille forge un rêve qui tuera la peur et rendra la ville à ses citoyens.
Les magnifiques illustrations de Claude K. Dubois, donnent à ce texte une puissance évocatrice qui permettra aux enfants de comprendre ce que peut être la vie quotidienne dans un pays occupé.

La guerre de José Jorge Letria et André Letria, La Joie de Lire : Des serpents glissent à travers la plaine, bientôt rejoints par des oiseaux noirs puis des araignées… Le tout se transformant en un gigantesque oiseau de proie dont l’ombre plane, menaçante (et rappelant, pour les adultes, de mauvais souvenirs). La haine, la rancœur, les peurs et l’ambition sont le moteur de la guerre, sa nourriture. Les rêves de gloire de quelques uns deviennent le cauchemar de beaucoup.

Une guerre pour moi de Thomas Scotto Barroux, éditions les 400 coups : Amal, c’est mon frère de tous les jours. Il est né un soir de rage. Sans éclairs,Sans tonnerre, Juste son cri en mitraillette. Moi, je suis arrivé bien après. C’était normal qu’il m’apprenne la vie. Est-ce normal de naître dans la guerre ? Est-ce normal de jouer le jeu ? Est-ce un jeu ?

Le jour où la guerre est arrivée de Nicola Davies et Rebecca Cobb : C’est un jour comme les autres, et voilà que la guerre vient faire de ta ville un champ de ruines. Peux-tu imaginer cela ? Tu aurais tout perdu, tu serais tout seul, et après un long voyage plein de dangers, tu ne serais nulle part le bienvenu. Alors un enfant te ferait un cadeau – modeste, mais infiniment précieux. Imagine...

Bataille d’Eric Battut, éditions Autrement jeunesse : Qui aurait cru qu’une simple crotte d’oiseau allait déclencher la guerre ? Au départ, tout était paisible dans cette contrée. Les deux rois entretenaient des relations plus que cordiales. Mais c’était sans compter sur l’imprudence d’un volatile qui, un jour, déposa une crotte sur le nez de chacun des monarques. Les 2 rois, vexés d’être ridiculisés aux yeux de l’autre, se déclarèrent alors la guerre... Aussi poétique qu’instructive, cette histoire publiée pour la première fois en 2000, explique avec dérision le ridicule de la guerre en mélangeant intentionnellement le futile et le tragique.

Plumes et prises de bec de Mem Fox et Nicholas Wilton, éditions les 400 coups : Il y a très longtemps, dans un pays lointain, deux bandes d’oiseaux vivaient sur des territoires voisins : les paons et les cygnes. Leurs différences firent peu à peu naître la méfiance et chaque groupe se mit à accumuler des armes pour se défendre en cas de danger... Puis, un jour, aveuglés par leur propre frayeur, les paons déclenchèrent une guerre sanglante, jusqu’à ce qu’il ne reste que deux œufs. Comment se comporteront les oisillons qui en naîtront ?

Cycle 3

La guerre qui a changé Rondo, de Romana Romanyshyn et Andry Lesiv, éditions Rue du Monde : Deux jeunes artistes ukrainiens racontent comment trois amis défendent leur ville de façon créative et solidaire, alors que la guerre s’installe. La lumière de l’inventivité l’emporte sur les ténèbres de la violence.

Rouge Braise de Rolande Causse, Gallimard jeunesse, Folio Junior : C’est la guerre… En cette année 1944, les bombardements deviennent trop dangereux. Fuyant Paris, Dounia et sa grand-mère vont se réfugier auprès de leur famille, à Saint-Léon, un paisible petit village de Bourgogne. Il s’y passe des choses très étranges : la radio diffuse des messages incompréhensibles, oncle Georges va chercher des armes en pleine nuit. Séparée de ses parents, Dounia s’attache à son oncle et devient la messagère du réseau local de résistants. Elle doit se rendre en mission à bicyclette. Et surtout garder le secret. Un jour, les soldats allemands envahissent le village et les hommes sont arrêtés. Dounia et sa grand-mère doivent fuir à nouveau.

Le journal d’Henri 39-45 de Gertrude Dordor et Benjamin Bachelier, Belin jeunesse : 27 juillet 1939, Henri a 8 ans quand son père reçoit sa mobilisation. Il vit à Evreux, l’une des villes de France qui sera les plus éprouvées par le conflit. Au fil de son journal intime, il nous raconte la vie de sa famille et de ses copains de classe : la drôle de guerre, les bombardements, l’exode, les tickets de rationnement, l’arrivée des nazis, la France coupée en deux... Mais aussi les petites joies du quotidien... Un récit poignant, complété par un album-photos et une chronologie.

C’est quoi la guerre d’Eduard Altarriba, Bang Editions : Cicéron a défini la guerre comme l’affirmation par la force. Deux mille ans plus tard et au lendemain du siècle le plus meurtrier de son histoire, l’humanité est toutefois, plus que jamais, en mesure de la faire disparaître. Pour cela, il faut bien comprendre quels en sont tous ses mécanismes, ses causes, ses tenants et ses aboutissants. Connaître la guerre c’est le premier pas vers la paix. Ce livre explique de manière synthétique et à travers de brefs rappels historiques ce qu’est la guerre et tous les moyens déployés...

 Ce que disent les spécialistes

HELENE ROMANO, interviewée par le SNUipp-FSU à retrouver dans le Fenêtres sur Cours 480 “Comment parler de la guerre aux enfants ? Trois questions à Hélène Romano”

ARLETTE LEFEVRE, pédopsychiatre à l’Hospital for Sick Children de Toronto au Québec

EVELINE CHARMEUX « L’éducation à la paix est-elle l’affaire de l’école »

 Education aux médias : identifier les fake news

ROSE -MARIE FARINELLA , enseignante sur sa pratique dans l’éducation aux médias.

AGENCE SCIENCE-PRESSE "Ukraine : comment éviter de partager de la désinformation"

Guide pour apprendre aux adolescents à réfléchir aux informations qui se trouvent sur leur chemin.