Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Instances : interventions, déclarations et compte-rendus du SNUipp (...) > L’évaluation des écoles à marche forcée, c’est NON !
Par : SNU62
Publié : 31 mars

INTERVENTIONS

L’évaluation des écoles à marche forcée, c’est NON !

mars 2022



Certaines équipes et directions d’écoles nous ont signalé des velléités de la part de leur IEN concernant les "évaluations d’écoles" : il s’agit d’un dispositif expérimental que le SNUipp-FSU 62 vous avait déjà présenté dans un article de novembre 2021, à la suite d’un Groupe de travail sur la Direction d’école.

 Pour le SNUipp-FSU 62, c’est NON !

A quand un questionnaire de (non) satisfaction pour évaluer l’Administration ?

Une expérimentation de l’évaluation des écoles a débuté cette année dans toute la France. Cette expérimentation succède à celle conduite l’an passé dans le 2nd degré auprès d’un millier d’établissements.

Certaines équipes et directions d’écoles nous ont signalé des pressions de la part de leur IEN afin de trouver des équipes « volontaires » pour entrer dans le dispositif d’évaluation cette année.

Pour rappel, cette évaluation d’école, dont l’objectif affiché est la réécriture du projet d’école, se déroulerait en 2 étapes :

  • l’auto-évaluation couvrant le temps scolaire et le temps périscolaire, comprenant des questionnaires de « satisfaction » des usager-es, donc des parents et des élèves, et orchestrée par le ou la directrice,
  • l’évaluation, dont feraient partie un-e IEN ou un-e CPC, un directeur ou une directrice d’école, un-e élu-e territorial-e, un-e professeur-e du second degré, etc.

Un rapport d’auto-évaluation, destiné aux évaluateurs et évaluatrices externes, serait ensuite présenté pour information au conseil d’école, et serait communiqué aux autorités académiques et à la commune.

Outre l’entrée contestable des municipalités et des élu-es dans la vie de l’école et leur irruption dans les questions pédagogiques, ce dispositif des évaluations des écoles serait une nouvelle injonction hiérarchique qui alourdirait la charge de travail, avec l’absence de temps dédié pour s’y consacrer, utiliserait des évaluations nationales tant décriées comme indicateur, utiliserait des questionnaires « de satisfaction » auprès des parents et des élèves, pouvant amener à évaluer les attitudes et pratiques des enseignant-es, en instaurant un lien de clientélisme entre les usagers et usagères et les PE contraire aux missions et valeurs du Service public…

Pour toutes ces raisons non exhaustives, le SNUipp-FSU appelle les équipes à refuser cette évaluation !

Le SNUipp-FSU 62 accompagnera toute équipe qui serait victime de pressions !

Dores-et-déjà, il invite les équipes à se saisir et à adopter le cas échéant la motion suivante.

 Le SNUipp-FSU 62 vous propose une motion

opendocument text - 21.4 ko
Motion "Evaluation d’école" (version modifiable)

Motion "Evaluation d’école"

Nous, enseignants de l’école ……… ayant déjà fort à faire avec la crise du Covid et sa gestion nationale erratique (plus de 50 protocoles) depuis deux ans, ne voulons pas que l’on rajoute une pression supplémentaire sur notre école !

Le dispositif "d’évaluation d’école" serait actuellement synonyme d’alourdissement de la charge de travail. Absence de temps dédié pour s’y consacrer, utilisation des évaluations nationales comme indicateur : nos inquiétudes sont nombreuses quant à la mise en œuvre de cette démarche.

Après les tensions suscitées par les annonces intempestives à travers certains médias, l’utilisation d’un questionnaire « de satisfaction » risque de mettre à mal les relations entre parents d’élèves et équipes en instaurant un lien de clientélisme contraire aux missions et valeurs du Service public.

En conséquence, le conseil des maîtres de l’école ...., eu égard aux textes réglementaires en vigueur et aux consignes syndicales, indique ne pas être demandeur d’une "évaluation d’école" durant cette année scolaire 2021-2022.

 Le SNUipp-FSU 62 s’est adressé au DASEN

Dans un courrier daté du 24 mars 2022 et adressé au DASEN, le SNUipp-FSU 62 réaffirme son opposition à cette expérimentation.

A arras, le 24 mars 2022

Monsieur le Directeur académique,

Le SNUipp-FSU 62 a été contacté par des équipes enseignantes concernant les pressions exercées par les IEN pour que leurs écoles expérimentent le dispositif des évaluations des écoles.

Sur quels critères sont sélectionnées les écoles ? Lors du Groupe Départemental de Direction d’Ecole du 16 novembre 2021, vous aviez admis que cette expérimentation prendrait une trentaine d’heures aux équipes des écoles. Quel temps est mis à disposition des équipes qui feraient partie de cette expérimentation, alors même que les 108h sont en grande partie effectuées ou programmées ?

Il a également été porté à la connaissance du SNUipp-FSU 62 que des personnels en charge de direction des écoles étaient sollicités par certains IEN pour faire partie des évaluateurs. Là encore, sur la base de quels critères ? Nous nous étonnons également de la mise en place d’une charte de déontologie imposée aux futurs évaluateurs. Doit-on considérer que tous les autres personnels de l’Education Nationale n’ont aucune déontologie ? Le SNUipp-FSU 62 souhaite être destinataire de cette charte de déontologie imposée aux évaluateurs. Il peut être dangereux et contre-productif qu’un pair ait la responsabilité d’évaluer d’autres collègues, alors même que cela n’entre dans aucune mission à charge des directeurs et directrices.

De même, le SNUipp-FSU 62 souhaiterait être destinataire des différents documents d’analyse et de travail fournis par l’administration et mis à disposition des équipes lors des deux phases d’évaluation, ainsi que les textes de référence encadrant cette expérimentation.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur Académique, en notre profond attachement au service public d’éducation.

 Réponse du DASEN au SNUipp-FSU 62

Lors de notre réunion informelle avec le DASEN du 28 mars 2022, celui-ci a souhaité répondre au courrier que le SNUipp-FSU 62 lui avait adressé le 24 mars 2022.

Questionné par le SNUipp-FSU 62 sur la charte de déontologie, l’IA répond que ce n’est pas une évaluation de collègue, mais d’école. L’équipe d’évaluateurs ne fait pas partie de la circonscription où se trouve l’école évaluée. Par ailleurs, cette équipe d’évaluateurs (composée de CPC, ERUN, directeur d’école, IEN, EMF…) n’a pas de lien hiérarchique avec les collègues de l’école concernée. L’objectif est « d’aider l’école à problématiser » ce qui fonctionne ou pas.

Il ne doit pas y avoir de référence à des personnes dans cette évaluation d’école. L’IA rappelle qu’il n’est pas nécessaire, ni pertinent, que les évaluateurs entrent dans les classes (« ce n’est pas une inspection »).

L’IA précise qu’il vise 200 à 300 évaluateurs externes (avec l’objectif d’une seule évaluation dans l’année par évaluateur – afin de ne pas créer dans le département une « équipe spécifique à l’évaluation »). Pour l’heure, 120 collègues se sont portés volontaires pour être évaluateurs. Les formations ont débuté la semaine dernière.

Interrogé par le SNUipp-FSU 62 sur les critères de sélection des écoles qui auront « la chance » d’être évaluées, l’IA explique qu’il a demandé aux IEN de programmer les évaluations de l’an prochain dès maintenant, afin de prévenir les écoles concernées (20% des écoles du département) dès le mois de mai 2022.

L’objectif affiché reste la réécriture du projet d’école.

Charge aux IEN de proposer eux-mêmes à l’IA la liste des écoles concernées. Les critères annoncés par l’IA restent très flous : « peut-être les écoles volontaires, peut-être des critères géographiques, peut-être l’éducation prioritaire ou le rural… ». Pour l’IA, pas besoin de critères spécifiques : toutes les écoles sont amenées à être évaluées dans les 5 prochaines années…

Le SNUipp-FSU 62 a de nouveau interrogé l’IA sur le temps consacré par les équipes à ces évaluations (l’IA nous ayant confié que cela prenait une trentaine d’heures aux équipes).

L’IA a temporisé en répondant que c’est une trentaine d’heures de travail collectif : un groupe d’enseignant-es peut travailler sur un domaine pendant qu’un autre groupe peut travailler sur un autre domaine. Chaque enseignant-e y consacre moins d’une trentaine d’heures. Ce temps doit être pris sur les 108h.

Concernant l’évaluation de l’école par les élèves et les parents, l’IA admet qu’une réflexion est en cours au niveau ministériel concernant la rédaction des questionnaires. Sans donner plus de précisions…

Pour le SNUipp-FSU, l’évaluation des écoles, c’est toujours non !

Retrouvez ici notre dossier spécial « évaluation des écoles » dans notre Fenêtres sur cours de janvier 2022

Aller plus loin :

Audience avec le Conseil d’Évaluation des Écoles