Vous êtes ici : Accueil > Carrière > Direction d’école > [Direction d’école] Compte rendu du groupe de travail du 18 novembre (...)
Par : SNU62
Publié : 22 novembre 2022

DIRECTION ET FONCTIONNEMENT DE L’ECOLE

[Direction d’école] Compte rendu du groupe de travail du 18 novembre 2022

novembre 2022



La FSU-SNUipp 62 a siégé au Groupe Départemental des Directeurs d’Ecole du 18 novembre 2022 de 14h à 16h, en présence de l’adjoint au DASEN du Pas-de-Calais et de la Conseillère Prévention de la DSDEN. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour : la formation des directrices et directeurs d’école, le registre dématérialisé Santé et Sécurité au Travail et les « grands débats (« Notre École, faisons-la ensemble ») dans les écoles. Compte rendu

 La formation des directeurs

L’IEN de Bully-les Mines est en charge du dossier formation des directeurs et directrices nouvellement nommé-es. L’Administration annonce :

  • prévoir un temps d’information pour le passage de l’entretien
  • la nomination d’un-e IEN dans chaque Bassin pour les directeurs stagiaires
  • la révision de la grille de formation des directeurs
  • l’organisation d’un groupe de travail sur la nouvelle grille de formation des directeurs en janvier, avec CPC et EMF.
    Cette nouvelle grille devrait répondre à une demande institutionnelle et aux nouvelles fonctions de direction d’école.
  • la mise en place de la nouvelle grille de formation à la rentrée 2024. Cette grille sera validée par un comité de pilotage (DASEN + IEN + expert(s) jugés utiles par l’IA.

Réponses de l’IA adjoint :
Questionné sur le nombre de collègues nommé-es sur des postes de direction sans formation spécifique, l’IA adjoint explique qu’ils sont 35 dans le département. Même si ce nombre n’est pas insignifiant, il n’y aurait pas, selon lui de désaffection du métier. L’IA adjoint parle notamment d’améliorer l’accompagnement et la formation des directeurs/trices tuteurs/trices et permettre notamment une évolution du métier avec la possibilité de devenir chef d’établissement. Pour cela, l’IA Adjoint reconnaît qu’il faudra certainement dégager du temps.

 Registre Santé et Sécurité au Travail dématérialisé

En janvier 2022, la FSU a obtenu que le registre Santé et Sécurité au Travail soit dématérialisé dans notre académie, malgré l’opposition de l’UNSA.

La Conseillère Prévention de la DSDEN rappelle que les fiches du Registre Santé et Sécurité au Travail sont dématérialisées pour l’ensemble des personnels qui ont une adresse en ac-lille.fr. Cependant, les exemplaires en format papier doivent subsister dans les écoles pour les personnels qui n’ont pas encore d’adresse mail académique.

Tous les personnels (enseignant-es et AESH) peuvent compléter une fiche Santé et Sécurité au Travail en se connectant sur Eduline via le chemin suivant :

applications > gestion des personnels > mon portail agent > Registre Santé Sécurité au Travail

Puis le directeur-la directrice de l’école reçoit une notification et clique sur la fiche pour apposer son visa. Cette fiche doit ensuite être visée par l’IEN.

Toutes les fiches complétées par les collègues du département sont remontées au CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) où siègent le DASEN et les élu-es du personnel de la FSU.

Cette dématérialisation, obtenue par la FSU malgré l’opposition de l’UNSA, est une avancée importante dans la défense des droits des personnels et dans l’amélioration de leurs conditions de travail ! Cette dématérialisation du registre permettra une remontée plus rapide au niveau de la hiérarchie de l’Éducation Nationale et auprès des membres du CHSCT départemental qui pourront suivre la situation si elle n’est pas réglée par l’IEN ou le chef d’établissement.

 « Notre École, faisons-la ensemble »

La FSU-SNUipp 62 était déjà intervenue sur ce point lors de notre audience avec le DASEN le 17 octobre 2022.

Suite aux nombreuses critiques que nous avions formulé sur ce dispositif lors du dernier groupe de travail des directeurs d’école, l’adjoint du DASEN a donc souhaité revenir sur ce dispositif.

Sur les 1250 écoles que compte le département, seulement 16 écoles se sont engagées dans le dispositif et 135 écoles y réfléchissent. On est donc très loin d’un engouement des équipes...

L’adjoint du DASEN précise que les écoles peuvent rejoindre le dispositif à tout moment. Il peut y avoir des financements pour projets. Les projets seront étudiés, validés pour financement ou non.

La FSU-SNUipp invite les équipes à refuser de participer à ces concertations. Contractualisation, clientélisme, mise en concurrence des écoles publiques sont les marqueurs de ce dispositif qui institutionnalise un système scolaire s’éloignant encore un peu plus des valeurs républicaines d’égalité des citoyens devant leurs services publics. Une territorialisation des moyens d’enseignement est clairement à craindre.

Dans le "grand débat", pas de place pour la réduction des effectifs dans les classes, pour les moyens de remplacement, pour les RASED, pour l’indispensable formation professionnelle, pour les AESH, pour la prise en charge des élèves en inclusion ou plus largement à besoins particuliers...

Le paradoxe macroniste de ce dispositif consacre l’entrée de l’École dans la start-up nation, voulant promouvoir toujours plus d’autonomie pour les écoles, tout en augmentant le contrôle sur les pratiques enseignantes via les évaluations standardisées. Pas à pas, le président tisse sa toile libérale sur l’École.

Pour le SNUipp-FSU, une autre École est pourtant possible, intégrant le respect et la reconnaissance de tous les personnels des écoles, tout en permettant des conditions d’apprentissage et de réussite pour tous les élèves.
C’est le projet que développe le SNUipp-FSU dans son livre blanc.