Vous êtes ici : Accueil > Actu & Communiqués > Instances : interventions, déclarations et compte-rendus du SNUipp (...) > CSA - CDEN > [Compte rendu FSU] CTSD et CDEN des 21 et 22 novembre 2022
Par : SNU62
Publié : 2 décembre 2022

COMPTE RENDU

[Compte rendu FSU] CTSD et CDEN des 21 et 22 novembre 2022

décembre 2022



Les délégué-es du SNUipp-FSU, du SNEP-FSU et du SNES-FSU 62 ont participé au CDEN et au CTSD « bilan de rentrée et perspective pour 2022 » des 21 et 22 novembre 2022. Compte rendu

 Déclarations FSU

PDF - 168.3 ko
Déclaration FSU au CDEN du 21 novembre 2022
PDF - 162.4 ko
Déclaration FSU au CTSD du 22 novembre 2022

Extrait : "(…) la multiplication des tâches qui doivent être décomptées des 108h et de la journée de solidarité ne fait qu’accroitre le mal-être au travail des personnels. Constellation, grand débat, évaluation d’école, dispositifs pHare, formation laïcité, etc...plus aucun personnel ne sait sur quel temps décompter chacune des réunions. Ça déborde (...)
Le projet de budget pour 2023, imposé par l’exécutif sans débat à l’Assemblée nationale, entérine la suppression de 1 117 postes dans le premier degré. Ce coup de rabot sur les moyens, inédit depuis cinq ans, contredit l’engagement du président de la République à faire de l’éducation une priorité et préfigure déjà des cartes scolaires sous tension. (…)."

 Compte rendu

Dans sa présentation, l’Inspecteur d’Académie nous montre que la baisse des effectifs dans le premier degré se poursuit encore cette année, avec une perte de 2595 élèves (1736 en élémentaire et 659 en maternelle).
Cependant, la baisse de la natalité semble se tasser cette année. Il est trop tôt pour en déduire que la baisse des effectifs dans les écoles va s’arrêter, il faudra suivre cette tendance les années prochaines.
Le 2nd degré était jusque là épargné par la baisse des effectifs, mais pas cette année. Cela s’explique naturellement par la baisse qu’a subie le premier degré ces 10 dernières années.

Concernant le dédoublement des classes (à 15 élèves maximum), l’Inspecteur d’Académie se félicite de pouvoir annoncer qu’il atteint plus de 91 % des classes en éducation prioritaire. Seules les classes de GS en REP ne sont dédoublées qu’à 78 %, mais ce taux est largement supérieur à la moyenne nationale (50%). les quelques classes, dont les effectifs sont supérieures à 15, ne sont pas dédoublées pour ne pas pénaliser les autres niveaux. Mais, pour l’IA, le nombre d’élèves est satisfaisants car il ne dépasse pas 18.
Les mêmes remarques sont faites pour l’allégement des classe de GS/CP/CE1 hors éducation prioritaire (86 % des classes en GS, 95 % des classes de CP, 90 % des classes de CE1).

La moyenne des effectifs par classe en REP+ est de 15,89 élèves par classe. (17,29 en REP et 22,03 en ordinaire).

Pour la FSU, les effectifs moyens par classes annoncés pour le premier degré cachent des écarts énormes entre les classes. Il n’est pas rare de voir des classes à multiples niveau avec près de 25 élèves, il n’est pas rare de voir des classes de maternelle à 30 élèves car les 2 ans ne sont pas pris en compte.

Concernant le remplacement, l’IA annonce que le département n’est pas encore sous tension et que nous disposons de l’un de taux de remplacement les plus haut du pays. Les remplaçants (BD, BDFC) représentent 9 % du personnels enseignants dans le Pas-de-Calais.

Cependant, pour la FSU, ce n’est pas suffisant puisque l’an dernier, environ 100 classes par jour en moyenne n’ont pas vu de remplaçant arriver ! Cette année, et pour la première fois, des enseignant.es se sont vu refuser le droit de participer à des stages de formations syndicales, faute de remplaçant.es.


Les orientations générales pour la rentrée 2022 sont :

  • Politique d’égalité des chances (cordées de la réussite, internat, Devoirs faits…)
  • Parcours de l’élève – Évaluation
  • Prise en compte de la fragilité sociale : élèves issus de l’ASE - Grande pauvreté
  • Notre école : « Faisons là ensemble » :
    • Améliorer la réussite des élèves ;
    • Développer le bien-être des élèves ;
    • Réduire les inégalités.
  • Finalisation des dédoublements et de la limitation des classes à 24 élèves hors éducation prioritaire,
  • Poursuite de l’engagement dans la maîtrise des savoirs fondamentaux,
  • Poursuite de l’accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers :
    • Renforcement du réseau des ULIS dans le 2d degré
    • Renforcement du réseau des enseignants référents

Rien n’est prévu pour améliorer le remplacement dans le Pas-de-Calais, ni la formation, ni la difficulté scolaire. Par contre, l’IA semble vouloir poursuivre les grands débats qui ne sont loin d’être la priorité pour les personnels sur le terrain et la formation continuera a être accès sur le français et les maths.


Le CDEN et le CTSD ont permis d’échanger autour de nombreuses questions diverses. Voici les sujets qui ont été abordés :

  • Concernant le Grand Débat : L’IA, nous a annoncé que 20 % des écoles étaient intéressées par la mise en place du grand débat. Cela ne signifie pas qu’elles vont le mettre en place, et ça signifie surtout que 80 % des écoles ne souhaitent pas le mettre en place.

Pour la FSU, les évaluations d’école ou les grands débats doivent être abandonnés, car elles sont un danger pour la liberté pédagogique des enseignant.es et ne correspondent en rien au besoin du terrain.

  • Concernant les Contrats Locaux d’Accompagnement, la FSU a interrogé l’IA sur la façon dont aller se mettre en place l’évaluation du dispositif et son avenir. Pour le moment, ils ne savent rien.

La FSU sera vigilante l’an prochain, dernière année de test de ce dispositif voué à remplacer les REP. Rappelons que les CLA change le paradigme de l’éducation prioritaire. Les écoles en CLA doivent passer un contrat avec leur rectorat pour obtenir des moyens, bien loin de ceux que l’on peut espérer en REP. Pour la FSU, les écoles repérer comme ayant besoin de moyens suplémentaires, doivent les obtenir sans contrepartie. Afin de prendre en compte les écoles rurales et les écoles orphelines, il faut revoir les critères d’entrée en Education Prioritaire.

  • Concernant les 108h et la journée de solidarité : La FSU a fait le constat dans sa déclaration, que les missions imputables aux 108h et à la journée de solidarité se multiplient (grand débat, évaluation d’école, formation laïcité, constellations, projets divers...).

Les personnels ne savent plus sur quelles heures placer telle ou telle réunion et ça déborde, si bien que pour certaines équipes, les heures placées sur la journée de solidarité dépassent 15h. L’IA ne peut que confirmer les difficultés et invitent les collègues à se rapprocher de leur IEN pour en discuter. Contactez-nous pour être accompagné-e !

  • Concernant le mail reçu par certains collègues leur demandant de justifier eux-même leur absence au animation pédagogique (application SOFIA) : Quelques jours avant le début d’une animation pédagogique, des collègues ont reçu un mail les invitant à se justifier d’une éventuelle absence selon 3 motifs : Congé légal, raison de service, sans justificatif.

Pour la FSU, c’est un moyen supplémentaire d’entraver le droit syndical, car non seulement, il n’y a aucune case prévu pour raison de « Réunion d’Information Syndicale » et ça demande aux collègues de se justifier 2 fois (une fois 48h à l’avance par courrier et une fois par l’application). De plus, personne n’a été averti de cette nouvelle application. L’IA n’a pas su répondre aux questions sur les risques en cas de non remplissage de l’application. Pour la FSU, la perte de 1/30ème n’est pas possible, car les 108h sont annualisées et la 3 justificatifs d’absence pour raison de RIS seront en possession de l’administration à la fin de l’année. Si vous constatez une perte de salaire pour cette raison, contactez-nous !

  • Concernant les regroupements de classes allégées pour des raisons d’économie d’énergie, l’IA nous a clairement dit que s’il n’y avait pas de consignes nationales à ce sujet, ce genre de proposition des municipalités ne seraient pas validée par l’IA.